jeudi 17 janvier 2008

Falaise en péril

Une pétition circule actuellement afin de montrer la mobilisation que sucitent les tensions autour de l'accès à la falaise de Presles.

http://www.vtno.org/petition/

Habituellement je n'aime pas trop signer ce genre de choses à tout va, mais là ça me semble utile de signer. Pour ceux qui connaissent, pas besoin de topo. Pour les autres, Presles est une des plus belles falaise de France, haut lieu de l'escalade européenne depuis de nombreuses années. Et puis un beau jour, les héritiers des terrains alentours décident que puisque cette falaise est sur leur terre, il faut en empêcher l'accès...
Pour moi, l'écho de cette pétition doit encourager les décideurs à se prononcer sur le devenir de ce lieu non comme un lieu ordinaire, mais comme un élément emblématique du patrimoine naturel que constitue la falaise de Presles. Un bien collectif.

lundi 14 janvier 2008

Vite fait bien fait

Dimanche, mon emploi du temps ne me laissait pas autant de temps libre que l'auraient méritées les conditions météo.

Peut on faire du bon ski en étant de retour à Grenoble à 10h00? Quand la neige est abondante en Chartreuse, c'est possible. Peut on trouver quelqu'un prêt à être de retour chez lui à 10h00 ? Quand il fait beau et que c'est gavé, c'est plus dur...
Je pars donc aux aurores tout seul ce dimanche matin. J'avais initialement prévu d'aller faire la virgule à l'Aup du seuil, et puis, à tort ou à raison, le but pris la veille par des gens de skitour ne me donne pas trop envie d'aller tenter le diable tout seul là haut au petit jour...

Ce sont les pentes du Charmant Som qui m'accueilleront. Vu les conditions nivologiques de la veille, il me fallait trouver une pente suffisamment prononcée, mais protégée des ravages du vent. Le Charmant Som était donc idéal.


J'avoue ne pas avoir été déçu... ça faisait longtemps que je n'avais pas vu tant de neige dans la face Est. Ici, le vent n'a pas pris, la poudre est donc restée légère, à part sur le haut au dessus la forêt. Montée contemplative, dans le calme de la fin de nuit. La montagne se réveille, tout doucement, instants magiques des lueurs d'un jour nouveau.


Etre seul dans ces moments là est finalement un petit privilège. Tant pis pour les photos de descente, tant pis pour le blog.
Le ski était gigantesquement bon, une face vierge
qui n'attendait que dêtre skiée. J'ai tenté d'être à la hauteur.
Aussi curieux que ça puisse paraître, on peut rentrer chez soi à 10h00 un jour de BP (bleu poudre) en étant -presque- rasasié...

dimanche 13 janvier 2008

Et pan!

Et pan!!! c'est le bruit qu'a sans doute fait la neige en s'abattant sur la Chatreuse entre vendredi soir et samedi midi. Enorme! Un front monstrueusement chaud qui rencontre au-dessus de nos têtes une belle masse d'air froid qui vient du nord. La nuit en montagne a dû ressembler à quelque chose comme l' apocalypse.


Toutes les alpes ont dû recevoir, mais autant prendre ce qui est à portée de main.



La grasse matinée permet de laisser la tempête se calmer. Ilario et moi décidons de tenter quelque chose vers le col du Coq, nous verrons bien. Sur la route, le ton est donné : tandis que le chasse neige donne tout ce qu'il peut, nous treuillons une voiture hors du fossé...Ambiance!



Après ces émotions, il nous faut vite un calmant. Nous irons le trouver en grenouillant entre le Roc d'Arguille et le Bec Charvet. La quantité de neige est monstrueuse, 60 cm en moyenne et plus dans les accumulations.


A vrai dire il y en a presque trop, où alors c'est la pente qui n'est pas assez importante. Qui a dit que 83mm au patin pour mes skis c'est beaucoup??? Beaucoup trop juste oui!


On déboule comme des fous dans cet enfer blanc. Il y en a partout, c'est terrible. Remonter là dedans et faire sa trace s'apparente aussi à une certaine notion de l'enfer. Le vent a parfois compacté le dessus de la couche, et faire la trace est exténuant.





Le jour tombe, petit à petit... Nos jambes s'alourdissent, petit à petit. Il faut dire que pour Ilario, remonter avec une seule peau n'est pas simple. Je pense d'ailleurs lancer une souscription pour qu'on équipe ce garçon en colle ou autre produit adhésif.












C'est finalement dans la nuit noire que nous ferons notre dernière descente. Evidemment, nous n'avons ni l'un ni l'autre de frontale (logique!) mais les grandes pentes ouvertes d'Arguille sont un vrai régal. Le vent ici n'a pas eut vraiment prise, les skis sont lachés dans la nuit...
La Chatreuse est gorgée, gorgée, mais dangereuse... Merci Ilario de m'avoir accompagné sous ce ciel gris. Il aurait été indécent de ne pas aller jouer dans la neige.
Et la suite??? Quoi donc en ce beau dimanche qui s'annonce? Réponse demain, je suis fatigué ;o)