jeudi 12 juin 2008

Groenland -5- Pfffiiouuuuuu

Et ça continue... Après une incursion au coeur de la sauvage île de Milne, nous revenons assez naturellement vers notre fjord fétiche, là où les possibilités de couloirs sont incomparables. Déplaçant le camp vers l'Est, nous partons pour une petite sortie que nous pensons tranquille : couloir fleché sur la photo, repéré au début du séjour depuis la rive nord.








Encore une fois à l'envie, tout simplement à l'envie, sans savoir où l'on va. La découverte est une nouvelle fois totale.



On aurait dû finir par savoir : il n'y a rien de "court" ni de "facile" sur ces gigantesques flans. Nous voilà une nouvelle fois enserrés dans un océan minéral, moins encaissé qu'Excalibur, mais encore une fois rectiligne, long, pentu.


Aux 2/3 du couloir, une étroiture, un ressaut : au dessus, ça ne se couchera plus jusqu'à la sortie. Nous ne pensions pas trouver du si raide, mais personnellement je ne me plains pas. La descente, piolet prêt à bondir, sera finalement assez bien négociée, la neige étant plus poudreuse que dans Excalibur. Là encore, pour cette section sommitale, le 5.3 me semble mérité.








Dessous, c'est plus calme, et c'est encore une fois du très bon ski.






Une petite sortie sur un cône en moquette, au soleil intégral, des icebergs qui nous tendent les bras, un camp niché à l'abri qui nous attend : mes amis, que ce monde sait être bon avec ceux qui savent s'y perdre.
Couloir étonnant, couloir que nous pensions petit, couloir pourtant si grand : 1200m, 5.3 - Nous l'appellerons le couloir Little Big Man.




Une nuit heureuse, encore une fois.
Combien valait cette journée?

lundi 9 juin 2008

On sauve les meubles

En cette période de mousson avancée, où le niveau des eaux monte dangereusement, je me demande bien où nous pourrions aller pour me faire oublier le généreux soleil du Groenland.
Même le soleil du Var n 'est plus qu'une légende. Un lendemain de noce, nous espérions nous dorer la pilule sur le chaud calcaire de Chateaudouble : que nenni! Le calcaire n'était pas chaud, il était seulement beau. Très beau même! Pas de chance alors, on grimpera quand même. Un site magnifique, de grandes envolées de 30 mètres dans du rocher très sculpté, à grimper sans modération dans tous les niveaux. Ici, le débutant comme le grimpeur à bonnet trouveront leur compte. Et puis le retour à la voiture sous l'orage dans la bouillasse, c'est tellement bon ;o)