samedi 26 décembre 2009

La buche glacee

Une petite buche glacee en dessert? Il en restait quelques parts aujourd'hui dans le classique vallon du Diable.

Sortons les pioches et les bonshommes avec, et partons tater de la glace avant que le n-ieme redoux qui arrive ne paracheve le desastre.

Nous partons a vue comme nous pouvons dans les quelques sections formees.



Alors certes ce n'est pas l'hiver du siecle mais on arrive quand meme a se faire plaisir.


Quelques longueurs de glace avalees, c'est toujours bon a prendre. Ceci me permet de valider qu'il va falloir un certain temps pour s'y remettre. Les modestes 4+ gravis ce jour nous chauffent bien suffisemment les bras, et que dire du 5+/6 ou la moulinette installee nous permet de cotoyer cet autre monde qu'est celui de la glace deversante...


Le petit plus du jour c'etait la face sud et sa grimpe au soleil. Nous n'aurons meme pas eu le pretexte du froid pour nous refugier siroter le celebre chocolat "maison" de La Cordee...


Allez, vivement l'hiver!

jeudi 24 décembre 2009

No man's land


Et c'est reparti : non rassasies de leur precedente viree en Georgie du sud, les memes oiseaux ou presque remettent le couvert et partent ces jours-ci pour ce qui ressemble a une belle expe...

J'aime suivre le parcours du Dod, depuis les premiers diaporamas/moules frittes du CAF de Nantes il y a... il y a... plus de 15 ans aux recents voyages dans le grand sud. Une vie d'alpinisme deja bien remplie marquee par un esprit resolument tourne vers l'aventure et le "fare means". Je sens que je vais encore en prendre plein les yeux!

Bonne expe les cocos, bon sud! A suivre ici

dimanche 20 décembre 2009

Derniere poudre avant la mousson


Allez : de la glace hier, de la pluie demain, un petit coup de powpow entre les deux.
La sortie etait presque parfaite.
Sans ambition, juste celle de se ballader dans ces magnifiques combes de la vallee des Villards. Vu le froid. la poudreuse ne doit pas franchement craindre le soleil, et nous le soleil, "on y aime bien!"



On y croit, on y croit : sortis de la forets, la poudre se fait de plus en plus epaisse et bientot les cailloux ne sont plus que de miserables souvenir.
Une belle pente sud, 40 cm de poudre posee la, en haut le col des Fontaines. Feu! Enfin "feu"... a dire vrai nous ne sommes pas tres rapides. Pendant ce temps, le changement meteo prevu se met en place, un peu plus vite que je ne le pensais. Le ciel se remplit en une grosse demi heure, et la promesse du champ de poudre au soleil disparait peu a peu. Bon tant pis, ce sera juste champ de poudre...
Vu l'absence totale de cohesion entre cette neige la et la sous couche dure, sans doute la pluie annoncee tres haut pour la semaine n'est-elle pas une si mauvaise nouvelle? ( ceci etait une tentative desesperee d'optimisme ;0)

C'est la grande Glace!



Serait-on enfin en hiver?

C'est la question a laquelle Seb, transfuge grenoblo-alsacien, vient tenter de trouver reponse en passant quelques jours dans nos belles vallees. De mon cote, je me dis qu'apres les froids vifs de cette semaine, il doit bien y avoir quelques cascades ici ou la.


En route pour la Grave, sans grande originalite certes, mais avec une motivation a toute epreuve.

Pour moi, cela fait deux ans que je n'ai plus grimpe en glace, et m'y remettre doucement me dit bien.
Quelques lignes en versant nord semblent formees, mais nous butons lamentablement a essayer de traverser la Romanche. Apparemment la passerelle a ete arrachee, et le torrent n'est pas assez gele pour traverser a pieds secs.


Alors que le but s'approche a grands pas, nous nous ressaisissons in extremis et finissons par la classique Caturgeas. Finalement ce choix s'avere tres bon : cascade bien formee, glace fine par endroits necessitant de l'attention, quelques petits ressauts pour reapprendre a se placer...


Apres deux longueurs un peu hesitantes, je retrouve peu a peu des sensations et du rythme, et ca devient meme du tout bon. Je resiste a l'envie de jouer avec les Nomics tout neufs de Seb, mais en secret je me dit que ces outils la ont l'air exceptionnels d'efficacite.

Efficaces? La cordee qui nous suit l'est moins... Apres que leur rappel raidi par le gel se soit coince dans une hallucinante double lunule seche -qu'attendaient ils d'autre au juste?!?- nous organisons l'evacuation generale pour leur eviter de passer la nuit pendus a 100 metres au dessus de la nationale. Les sauveteurs providentiels ramenent tout le monde en bas dans le halo des frontales et n'ont plus qu'a aller se rechauffer. Vive l'hiver, et vive la glace : c'est trop bon d'y revenir!!! Merci Seb ;o)



Une fois au parking, dans le froid, Seb pose la doudoune, prend les Nomics, et me dit "Allez vas y, filme!"

Seb, t'es trop fort!!!


lundi 14 décembre 2009

L'homme est sec


Une incursion dans l'Oisans sauvage pour enfin reprendre des activites givrees, voila ce que j'avais en tete...
Lames affutees, broches pretes a surgir, dead man et ficelous en veux-tu en voila : c'est sur et certain, une nouvelle page de l'alpinisme hivernal va s'ecrire ce jour, hic et nunc!

Apres quelques hesitations et devant le froid polaire annonce, nous optons pour le gite/tartiflette plutot que le refuge/bolino. Un choix etonnant!?!
Pour digerer rien ne vaut une promenade au grand air : nous visons les goulottes de la Palun dans le vallon de l'Homme. Je ne connais pas cette face mais l'endroit me plait bien. Et puis en face sud a cette altitude, je m'imagine que le cycle degel/regel a du bien faire son oeuvre...
Que nenni : les goulottes commencent a se former, mais la glace y semble encore assez pauvre. Grimper? Pas grimper? Le probleme ici est qu'aucune des goulottes n'est equipee pour la descente. En theorie, c'est sur lunule... Donc monter est toujours possible, mais redescendre en esperant pitonner ici ou la nous semble hasardeux.
Allez hop, un the chaud dans le vent polaire et on redescend, contents d'avoir promene nos 15kg de matos. Et puis c'est vrai que skier avec un sac lourd, dans de la neige travaillee par le vent...sans pouvoir bloquer la talonniere des fixations, c'est si bon!
Pourtant a voir l'image ci contre, ca ferait presque illusion!


Finalement le passage le plus technique de la journee reste le franchissement de la Romanche sur tronc instable. Heureusement que nous avions nos 120 m. de corde, broches et coinceurs en nombre... Ah c'est beau l'alpinisme, c'est beau!!!
Bon et sinon cote cascades : A la Grave les cascades sont soit quasi inexistantes en versant nord, et pointent le bout de leur nez sur le versant sud. Les lignes y sont deja formee mais il va falloir attendre encore un peu.
Et puis la Palun, faudra y retourner car la face et l'ambiance "montagne" du lieu sont vraiment tres belles. "Un but" diront les mauvaises langues??? Maaaaaaaaiis non : juste une belle viree en altitude sous le soleil, charges comme des mules, rien de moins ;o)

lundi 30 novembre 2009

Une derniere roulade

Comment transformer l 'austerite et le froid d 'une goulotte d'altitude en de chatoyantes et ludiques prairies taillees pour rouler?

Tres simple : vous prenez une motivation premiere, celle d'aller tater de la glace, vous la confrontez a la realite, celle d'un epanchement de synovie, et vous optez finalement pour une sortie en velo ou le challenge consiste a ne pas faire voler le nounours par dessus son cadre pour epargner ce qui lui reste de genoux. Simple non?

Enhardi par Jo j ai bien envie de tester, enfin, ce beau plateau interieur du Devoluy qui me semble t il, est tout a fait adapte pour deambuler en velo.


Au depart de St Didier, nous traversons d'abord plein sud vers le col du Festre, de la on plonge sur La Cluse sur un single qui met en apetit. Pause au soleil du patelin, fromage, pas de cafe car, mon bon monsieur, les bistrots ferment les uns apres les autres - y'a plus d'epoque- puis on repart dans l'autre sens cette fois-ci : remontee au col, foret jusqu'au dessus de la Joue du Loup, banzai sur les pistes de ski a mach 8, remontee au col du Tat, plein gaz dans la combe de Boucherac. Et la Jo, entorse a la regle : on part plein ouest vers Rioupes titiller le single qui plonge sur Malmort. Verdict ? Aaaahhhh, si tu savais comme ce single est bon! La meilleure descente de la boucle, sans hesiter. 300 metres de bonheur integral ou le profil du chemin laisse nos diables de montures s'exprimer. Dans ces moments la, la glisse du ski n'est franchement pas loin.

D'ailleurs... a propos de ski.... mmmmhhhhh??? z'avez rien remarque??? (air faussement innocent)

lundi 23 novembre 2009

A ride on the chiken crest

Il etait temps ! Apres un automne ou j'ai passe le plus clair de mon temps libre a grimper, je desesperais de faire quelques belles sorties de velo, alors que la saison s ' y prete a merveille.

Apres une superbe decouverte en Beaufortain le week end dernier (on y retournera armes du reflex, du pied et du flash deporte, hein nounours?!) ce samedi fut consacre au celebre spot du chiken crest.
Don't you know the chiken crest?!?

Deux voitures pour les navettes, trois velos bien montes (?!), de la douceur et des herbes encore jaunes : de quoi passer une belle journee en traversee autour du Great Rock dans les classiques single du secteur





En plus, incroyable : je me suis retrouve au pic nic a ecouter les potes discuter des vertus de l'epilation des jambes en velo! Incroyable non? Oh les gars, reprenez-vous, y'a des gens qui nous ecoutent la! Du coup j'ai pris date pour ma bande maillot l'ete prochain.

Ah bravo les potes!


Pendant ce temps la, a coups de pluies, neige, redoux et regel, les goulottes d'altitude se preparent, doucement mais surement... Du moins je l'espere ;o)

vendredi 20 novembre 2009

Les Vertical girls 2009


Apres l 'exceptionnelle performance de la Vertical girl 2008, je soumet au lecteur averti la non moins fantastique prouesse choregraphique secretement observee il y a quelques mois deja dans un massif lointain. Un refuge, la DZ d'un helicoptere, la lumiere du soir ou la perspective d'une grimpe nocturne (nounours???) ? Mais qu 'etait ce donc?
Jamais je ne le saurai, mais je propose de decerner a ces troies inconnues le titre de Vertical Girl 2009. Bravo Mesdames.

vendredi 13 novembre 2009

Des gerbes de poudre pour l'armistice

Une armistice inesperee... un ciel limpide et froid, des forêts jaunes et des resineux deja platres de neige. La journee s annonce prometteuse. Les skis piaffent, les hommes aussi.

Avec Lio et Jo (qui le matin au petit jour s est ravise de ses intentions premieres de grasse mat) nous partons tater la poudre en Lauziere. Bon choix : beaucoup de neige ici, tombee sans vent, donc il n y a plus qu a suivre nos spatules.

Belle ambiance, la montagne est ici en fête. Nous filons vers Combe Bronsin sans veritable ambition particuliere, juste le plaisir detre dehors dans la poudre. Pour moi c est un lancement de saison comme je n en avais pas fait depuis deux ans. Alors, apres une remontee tranquille dans les grandes pentes de la face sud, nous plongeons dans la poudre froide des contres pentes nord en face Est.

Et pan!!! 80 cm de poudre froide nous tendent leurs cristaux! Suis je encore objectif? je ne me souviens pas d aussi bon ski pour une premiere sortie depuis bien longtemps. La descente est superbe, neige parfaite, pente ideale pour se remettre dedans. Avant la mousson de sud annoncee pour les jours suivant, qu il etait bon se goinfrer en ce 11 novembre. Allez, une pensee pour toi mon Xav, et quelques courbes en ton honneur.

samedi 7 novembre 2009

Citation d'Yvon

Photo : JMFrancillon
A l'issue d'une semaine de cinéma de montagne à Grenoble, je garderai en mémoire cette belle soirée de mercredi en présence de Lynn Hill et d'Yvon Chouinard... et la merveilleuse citation d'Yvon, sextogénaire "tranquille".
Question de Lynn :
"Yvon, que penses-tu de la grimpe à ton époque, au regard du matériel dont vous disposiez? Crois tu que la grimpe maintenant soit devenue moins dangereuse?"
Réponse d'Yvon, sourire en coin :
"In the sixties, sex was safe but climbing was dangerous"
On peut le croire!

jeudi 5 novembre 2009

Avant le froid













C'est l'automne, la saison des promenades et des dernières grimpes... Des formes chartrousines ou Verdonnesques, des alpages et des arbres en feu avant que le blanc ne recouvre tout. Le jaune des mélèzes de Bramanette, le gris de l'Escalès...Profitez des derniers rayons de douceur, comme nous d'ailleurs. Profitez.

mercredi 21 octobre 2009

La nostalgie du futur... Tam tam et computers...


Je ne sais pas si j'ai déjà ici parlé de "La planète bleue"... Cette émission musicale, diffusée par la radio suisse Couleur 3, est un ovni dans le paysage radiophonique classique. Hors courants, résolument tourné vers ce que l'on entend pas ailleurs, l'envoutant Yves Blanc cherche et déniche aux quatre coins du globe des artistes novateurs et leur offre une tribune. Le tout proposé sur les ondes, depuis peu sur le web, dans une émission d'une heure où alternent ambiances ethérées et chroniques empruntes de futurisme. Il y a du Blade Runner derrière cette émission, assurément.
A essayer de toute urgence, vraiment... Commencez donc par l'émission du 10.10.2009. Bienvenue sur terre et bonne écoute!

lundi 19 octobre 2009

Et si on grimpait aux rideaux?


Une envie, lointaine : Verdon, Escalès, "Les rideaux de Gwendal" Un doute : ai-je le niveau pour m'y faire plaisir?
Un autre doute : coup de froid sur l'Alpe, et dans le sud?

Allez on tente. J'espérais bien poser les doigts sur le calcaire du Verdon à l'issue de cette saison d'escalade inespérée. Deux fous grimpants sont motivés : Yves et Jeff, qui m'ont respectivement emmené lorsque au printemps dernier il fallait me réapprendre à grimper. Je suis heureux de partir sur ce projet avec eux.

L'objectif inavouable du week end est une voie mythique du Verdon : "les rideaux de Gwendal", un long itinéraire pas franchement reposant, où la mjorité des avis sont unanimes : c'est beau, mais c'est chaud.


Allez, pour se mettre en selle sur ce rocher si spécifique, nous tirons les quelques longueurs de "Démon". Ca nous mettra en route pour la suite. D'un coup, on se souvient que faire les cacous dans les dévers sur la résine et grimper efficacement sur les trous du Verdon, et bien ce n'est pas tout a fait pareil. Dont acte!

Le grand jour est arrivé, c'est parti pour les Rideaux!
Et là, c'est le festival de l'escalade qui commence. Tout ce que le calcaire compte de formes diverses et variées y passe, dans une raideur et une continuité que seul le Verdon sait nous offrir.

Tu ne connais pas les murs à trou du Verdon, tu les découvriras dans les Rideaux. Tu te demandes à quoi ressemble la grimpe à Taghia? Tu le découvriras dans les Rideaux. Tu t'interroges sur le gaz et l'engagement verdonnesques? Tu gouteras tout ça dans les Rideaux... Allez, un condensé de Verdon dans la même voie, ça ne peut pas se refuser. Je retiendrai surtout :

- L2 en 7b/A1... je suis devant et bien content d'avoir quelques souvenirs encore bien présents du Yosémite : l'étrier sur un stopper, faut y croire.
- L4, un 6c d'anthologie sur du calcaire jaune alternant bacs et gouttes d'eau, 40 mètres d'une régularité ébouriffante
- L5, une longueur "carte postale" en 6b+ sur un pilier à trous, où dés qu'on a pas/plus le nez dessus, on croit que c'est lisse comme une peau de singe.
- L6, un 6c+ où il faut vraiment s'employer, dans un équipement qui curieusement s'aère. Merci Jeff de t'être motivé. Les pas sont obligatoires, et la fatigue se fait bien sentir


Alors nous grimpons, joyeusement. Le ciel est bleu, l'air presque chaud. Les vautours planent derrière nous, une libellule me rend visite régulièrement. Nous grimpons doucement mais surement. Le vide se creuse, les avant-bras aussi. La seule chose qui gonfle, ce sont nos orteils car même si c'est raide, la grimpe ici est vraiment une histoire d'orteils. ça fait mal! Mais que c'est beau...


Nous débouchons sur le plateau après quelques heures passés dans le bazar. J'effectue les derniers mètres de la voie avec une conscience toute particulière du moment : l'année de l'accident, je sors de cette voie qui me faisait rêver depuis des années. La volonté ferait elle des miracles?
Ceux qui en ont fait en tous cas, ce sont les amis : Yves, Jeff, un grand merci pour m'avoir remis au rocher ce printemps bien que la neige ait été abondante. Je suis heureux qu'on ait fait "les Rideaux" ensemble, c'était un peu mon cadeau de vous proposer ça. Maintenant, la neige peut tomber, pour moi le contrat est rempli bien au delà de mes attentes.
Verdon, Escalès :
- Démon, ED, 150m : 6a, 7a+, 6b+, 7a, 6b+, 6a+
Superbe escalade ensoleillée, rocher parfait, équipement RAS. Accès par les rappels du Jardin des écureuils puis traversée a gauche toute. Départ derrière le pilier.
- Les Rideaux de Gwendal, ED, 250m : 6c, 6b+, 7b>A0, 6a, 6c, 6b+, 6c+, 6a, 5b
Accès en 5 rappels depuis la Carelle, puis traversée a gauche toute sur le jardin. De là un nouveau rappel amène à L1 (facultatif) ou rejoindre directement R1 en longeant les cordes fixes quelques mètres. La voie part le long d'une corde fixe ascendante à droite, puis au deuxième point part sur la gauche (invisible du départ). Pour L3 : un étrier et un stopper moyen suffisent. Pour le reste, équipement ok sauf pour L7 où un micro stopper coincé sauve la mise. Sans lui, terreur...

mercredi 14 octobre 2009

C'est permis de rêver...


Je suis passé à côté de cette info : les frères Huber, lassés de libérer les voies d'El Capitan, sont partis se tester sur les big walls d'altitude. Vaste programme quand on connait les lascars

Et pourquoi s'embêter? Ils libèrent "Eternal Flame" à la Tour de Trango.


Si on me demandait quelle voie j'aimerais faire avant d'être envoyé sur Mars, peut être répondrais-je "Eternal Flame". Un granite exceptionnel au coeur d'un écrin de montagne exceptionnel...


Quelques explications ici.

Chapeau les frangins!!!

lundi 5 octobre 2009

Charybde ou Scylla???


Chartreuse encore et toujours : le beau appelle le beau, et lorsqu'il est à portée de main, rien ne sert d'aller le chercher ailleurs.

C'est non sans une certaine émotion que je sors de la voiture sur le parking de Rocheplane : sous mes yeux, la terrasse du centre de rééducation aujourd'hui désaffecté, terrasse ensoleillée où en octobre dernier je prenais ma ration de soleil quotidienne en regardant, pensif, les rochers du midi...
Un an plus tard j'y reviens, cordes dans le sac. Bertrand et moi lorgnons du coté de "Charybde en Scylla", une voie sérieuse des rochers du midi.

Le ton dans la voie est très vite donné : rocher raide, sans concession, les bras à froid se font cueillir par un 6c+ retord; il en va ainsi pendant les 4 premières longueurs. J'ai trouvé ça vraiment difficile, et j'aurais rajouté volontiers un "+" à chaque cotation annoncée. Est-ce le trop plein de granite qui me fait bouiner de la sorte dans les mouvements difficiles??? je ne sais pas.
Toujours est-il que dans la longueur en 7a, en tête ou en second, c'est pendus sur un étrier que Bertrand et moi passons le "crux"...

Que l'on m'explique comment il fallait faire, ça m'a semblé mutant!

A partir de la 5eme longueur, les cotations m'ont paru redevenir normales. A moins que ce ne soit la phase d'échauffement qui s'achevait...
Je retiendrai les fantastiques 6eme et 7eme longueurs, sur un rocher digne de Gramusset ou de l'Escalès, assez unique pour ce que je connais de la Chartreuse. Bertrand, qui s'en revient d'un séjour au pays des Burgers, a les bras englués de ketchup.
Je prends la suite des opérations mais je me sens bien : l'été plutot actif se fait sentir et les bras ont de la réserve. Escalade dans la brume d'une après-midi, où la sortie sur le plateau au soleil ne se fait que d'avantage désirer. Je déroule.
Des baskets ou du pic nic, nous avions choisi d'emmener le pic nic. Détente, fromage, farniente, soleil, douceur, quelques instants passés sur le bord du monde à jouir de notre itinéraire.
Au fond, évident, un Mont Blanc aguicheur nous fait de l'oeil... Quelle belle journée d'escalade, quelle belle journée d'automne! Life's good!
Charybde et Scylla, 300m.
6c+,6c,7a,6b,6c+,6c,6c+,6b+,6b
Descente en rappel possible jusqu'a R5, au delà descente par "Brume d'été"
Je conseille l'étrier pour L3, au cas où...

samedi 3 octobre 2009

Ballade en Chartreuse

Une journée d'automne est souvent un bon prétexte pour aller se promener en Chartreuse. En famille qui plus est, et je suis le seul à connaître ce coin : Catherine, papa, régalez vous les yeux!


Du monde au parking mais rapidement, en sortant des sentiers battus, on retrouve la solitude. Cette promenade est aussi une bonne occasion pour moi d'aller repérer le beau calcaire des griffes de l'Ours : je confirme qu'il faut y revenir grimper, dans de belles canelures dignes des Aravis.
Pour cette fois-ci, les cordes restent à la maison. C'est promenade tranquille, sieste au soleil, contemplation.


Ces balcons Est sont vraiment toujours aussi beaux, et c'est vrai que pour qui ne connaît pas, le charme des lieux joue vite. Idem lorsque l'on connait à dire vrai.

Et puis on y voit tant de choses étranges...