jeudi 23 avril 2009

Un Davin pour la soif


J'avais passé une petite annonce pour débaucher quelqu'un ce jeudi, nounours a répondu présent.

Je propose donc un Davin pour étancher ma soif, déclenchée par les averses à répétitions qui plâtrent les pentes de l'Oisans un peu plus à chaque chute. Le Davin est pil poil ce qu'il me faut : c'est joli sans être franchement raide, et vu mon entrainement en pente cette saison, ça m'ira bien.

Dodo au casset sous les mélèzes, ski dés la voiture, remontée du vallon et puis ski sur le sac, crabes...
On remonte le couloir par la branche de droite, profitant d'une trace déjà faite, puis on rejoint le haut de la sortie directe en remontant le glacier. Le vent du nord nous cueille, on encapera donc la descente sans demander notre reste.











Mais c'est de la pôpô??? Ben oui, avec tout ce qu'il neige en altitude depuis deux semaines, ça ne pouvait pas être autrement en versant nord.

C'est ce qu'on visait, c'est ce qu'on a eu. Le couloir est goulotté à partir du milieu mais la contre pente en rive gauche permet une descente plaisante sur quasiment toute la longueur du bazar.






Pour moi c'est parfait : la raideur de ma cheville me gêne un peu mais cette aventure me permet de reprendre un peu confiance : ça tient!
Du coup il faut fêter ça dignement : les Leffe trempent au frais depuis la veille dans le torrent, le ciel est bleu, les oiseaux gazouillent : allez tchin tchin!
Peut etre la première et dernière sortie de l'année, sans doute l'heure de la retraite pour mes BD CrossBows dont une carre fait trop grise mine pour espérer continuer l'aventure...


Ces skis auront fait leur première sortie au flambeau des Ecrins, leur dernière au Davin, et entre les deux m'auront accompagné au Groenland dans les plus beaux couloirs de la Création... Ils ont eu une belle vie, sûr!
Allez, pour les motivés et les valides: bon ski, y'a encore plein de grandes pentes de l'Oisans à skier, tout semble en condition cette année. Gaaaaazzzz!

lundi 20 avril 2009

Balme - Les jardins de Neptune

Eric est une nouvelle fois mon compagnon de cordée pour dimanche. Vu les prévisions météo qui prédisent un apocalypse imminent, les falaises des vallées de Haute Savoie me semblent appropriées. Le plan initial, la Maladière, est abandonné une fois sur place : temps trop incertain vu notre projet, timing trop serré...On se rabattra donc sur la falaise de Balme.


C'est donc dans "les jardins de Neptune" que nous partons nous exprimer. Habituellement dans le 74, j'aime parcourir les itinéraires de mon maître M. Piola, mais cette fois je déroge à la règle.

Cette voie, ouverte du haut, se faufile dans cette raide paroi sur un rocher bon à très bon. L'escalade est difficile, et les cotations annoncées sont plutôt sèches.


Nous nous faisons littéralement cueillir dans le 6c+ de L4. Le topo ne mentionne rien, or c'est en A1 que ça passe, ou alors il faut une très très grosse marge technique. A part ce "détail" la voie est jolie, mais exigeante. Peu de prises pieds, beaucoup de doigts et de bras, ça chauffe donc pendant 6 longueurs. Personnellement, j'en suis sorti complétement explosé, preuve s'il en est que serrer les gnaquettes en résine n'a jamais été synonyme d'endurance. J'ai quasiment tout fait en second, taquet, alors qu'Eric courrait devant, le garçon a de la ressource! Pour moi, y'a encore beaucoup de travail, dans les jambes, les bras et surtout la tête. Merci Eric de m'avoir traîné la haut.


Les jardins de Neptune :
7a, 6a+, 6c, 6c+, 6c, 6b+ - Descente en rappels dans la voie
Attention pour L4, prévoir un micro stopper et un étrier pour un pas d'A1 qui nous a semblé obligatoire (ce que confirme l'anneau de réchappe sur le spit précédant le pas)
Sinon, c'est du beau rocher digne de Gramusset sur le haut.

Et à part ça? si quelqu'un est dispo ce jeudi, une pente à ski me tente bien avant de brûler mes planches. A bon entendeur...

Au pays des bêtes

Il ne fait pas toujours bon être un cochon dans certaines vallées de nos alpes : gare à toi porcinet, le charcutier du village t'a à l'oeil et t'attend au tournant!
De tournants, il en aura été beaucoup question ce samedi. Mon programme de "remise en forme" continue à grands coups de pédales : des épingles à la montée, des épingles à la descente.

Le Beaufortain se prete bien à ce petit jeu même si c'est à skis que je préférerais tailler la pente. Un poil plus bas en altitude, de nombreux chemins courent ici ou là, et le luxe c'est de partir de mon chalet à vélo sans s'embêter avec la voiture.

De partout ça sent le printemps, et c'est bien sympathique de descendre au millieu des prairies et des cerisiers en fleurs

Au détour d'un clôture, deux énormes chevaux de quelques centaines de kilos chacuns "gambadent" autour de moi; c'est sans doute la première fois qu'ils voient un Slayer et ils sont tout intrigués. Pas de doute, face à eux, je ne fais pas le poids. Je décampe!
Un clin d'oeil au Mt blanc que j'ai tout le temps d'admirer et qui resplendit de soleil en ce samedi matin... Bigre ça me démange!