samedi 3 octobre 2009

Ballade en Chartreuse

Une journée d'automne est souvent un bon prétexte pour aller se promener en Chartreuse. En famille qui plus est, et je suis le seul à connaître ce coin : Catherine, papa, régalez vous les yeux!


Du monde au parking mais rapidement, en sortant des sentiers battus, on retrouve la solitude. Cette promenade est aussi une bonne occasion pour moi d'aller repérer le beau calcaire des griffes de l'Ours : je confirme qu'il faut y revenir grimper, dans de belles canelures dignes des Aravis.
Pour cette fois-ci, les cordes restent à la maison. C'est promenade tranquille, sieste au soleil, contemplation.


Ces balcons Est sont vraiment toujours aussi beaux, et c'est vrai que pour qui ne connaît pas, le charme des lieux joue vite. Idem lorsque l'on connait à dire vrai.

Et puis on y voit tant de choses étranges...

mercredi 30 septembre 2009

Tout va mal... Un dernier shoot?

Un été qui n'en finit pas, du bleu, encore du bleu dans le ciel des Alpes...

Une dernière promenade dans le granite chamoniard pour cette saison? Peut être...
Une fin de saison à l'Envers des Aiguilles, c'est la garantie de journées lumineuses. C'est aussi souvent la garantie de quelques buts, pour cause de glacier et/ou rimaye infranchissables. Ce sera le cas par deux fois ce samedi : "Oublie ta vie" : inatteignable. "Hybernatus" : à peine mieux. Après 5 heures d'errance, nous finirons dans Georges 5...

L'accès à la face sud de l'aiguille de Roc est encore praticable. Tant mieux : "Tout va mal" nous y attend.

Une des toutes belles de l'Envers, dont j'avais parcouru les premières longueurs il y a déjà quelques années, à l'époque de "Subtilités dulfériennes"."Tout va mal" est un cran plus difficile, mais tout aussi belle que sa voisine.

Je ne sais pas si la fin de saison approchant, les sensations sont décuplées, mais j'ai trouvé cette voie magnifique et je la recommande vivement. De l'escalade grande classe avec quelques longueurs mythiques le long d'une veine de quartz. Pour l'équipement, RAS : jeu de camalots jusqu'au n°3.
"Tout va mal", EDinf, 500m
5c,6a+,6a,6b,5b+,6a+,6b,6b+,6a+,6b,5c,6a,6a,5c,6a+,5b
Et pendant ce temps, les deux compères croisés au Montenvers devaient se reposer de leur Directe Américaine aux Drus... Quel classe! un jour peut être...