mercredi 20 janvier 2010

Un plat du jour


Un petit "midi-deux" a Chamechaude, depuis combien de temps n'avais-je pas fais fais ce genre de dejeuner?

Alors bien sur, on connait, rien de revolutionnaire. Mais quand le soleil claque comme ces jours-ci, c'est dur de resister.

Allez hop, un petit saut de voiture, on chausse, on monte et on se goiffre du si bon soleil de la mi jounree, deux photos et pan! on redescend et on finit au bureau.

Une valeur sure, sans aucun doute!

dimanche 17 janvier 2010

Promenade avec Jules Verne

Et si, au retour de la poudreuse et du soleil du Charmant Som de vendredi (que c'était bon!), la descente se continuait...A moins que ce soit une remontée, dans le temps celle-ci.

Partez à Nantes, partez découvrir les machines de Nantes, hallucinant univers mis en oeuvre et en scène par le Royal de luxe.

Connaissez-vous le "calamar à rétropropulsion", le "luminaire des grands fonds", le "bus abyssal" ou la "branche de l'arbre aux hérons"?

Alors un petit voyage dans la ville natale de Jules Verne vous fera du bien... Je crois qu'il y vit encore ;o)

Si les machines à rêves existent, elles doivent ressembler un peu à ça.



Un document unique!!!


Allez, je me livre!
Terrassé par une gastro, seul contre la multitude, j'ai dû céder... "Ils" m'ont mis dans une voiture, "ils" m'ont accroché des petites lattes toutes fines sous les pieds, "ils" m'ont ficelé des espèces de tongues d'hiver sur les orteils, et "ils" m'ont dit de skater comme si je n'avais pas de bâtons, il parait que c'est comme ça qu'on apprend...La dernière fois que j'avais fait du ski de fond, les chaussures s'appelaient des "Tracks" et avaient un nez en bec de canard qu'on venait pincer dans une espece de machoire sur les skis, toute une époque. Forcément, le loueur chez Picard, quand je lui ai demandé ça, il a rigolé. Moi aussi.
Ne jamais dire jamais, j'ai donc fait une séance de skating sur le plateau des Saisies, accompagné d'au moins 3 coaches personnels. 10km et un mal de ventre plus tard, je rentrais me réfugier au bistrot...
Il aura fallu attendre 17 jours pour que je me confesse et que je livre ici ce document d'archive, pris par un paparazzi alors que je répondais à une journaliste d'Eurosport... C'est comme ça. Un grand moment.