jeudi 27 mai 2010

Retour au Val d'Orco



Férocement emballé par mon séjour à Orco l'année dernière, je n'attendais que la clémence du ciel pour y retourner ce printemps...







C'est chose faite.


Je ne reviendrai pas ici sur l'ambiance du lieu et cet exceptionnel spot de granite à portée de voiture et non de benne hors de prix... Mieux vaut conter, en image surtout, les belles lignes d'escalade qui s'y déroulent.
Quelques maigres comptes rendus dans les posts ci-dessous...








Orco : Nautilus




Une voie de chauffe, comme toujours : Nautilus, une classique de la paroi du Sergent. On rejoint le départ de la voie en passant aux pieds du Sergent, puis en 5mn à droite apres une courte descente, on y est. Attention : le topo, pas très explicite à mon gout, distingue en deux croquis (bas et haut) ce qui en fait n'est qu'une seule voie interrompue par une large vire herbeuse...

Après un départ en 5b comme on n'en fait plus, la voie remonte un système de fissures / diedres de toute beauté et permet d'accéder à la vire.





En toute simplicité, c'est la grande classe dans ce niveau de difficulté.

Sur la vire, il faut traverser environ 300m vers la droite pour rejoindre la suite. Nous, surmotivés, attaquons la deuxième partie par un dièdre parfait qui abrite une nouvelle voie, et qui cote 7a d'après le guidos italien qui grimpe dans le secteur.


Echange de coinceurs avec le guide, lui part devant avec son client qui nous laissera le matos en place. J'avoue être plus à l'aise avec les friends déjà posés vu le caractère "ardu" de l'entreprise : fissure parfaite au fond d'un dièdre, bord droit de ce dernier ultra lisse, il faut sortir du registre des grattons et coincer tout ce que l'on peut dans la fissure. Splendide!


Nous découvrirons à ce stade L'ARME ABSOLUE... mais j'y reviendrai dans un post prochain.


Bref, avec ou sans 7a (relai commun), Nautilus est une superbe voie peu difficile mais où les coincements sont obligatoires. A faire!

Nautilus : 5b,5a,4c, 5c+(ou var.7a),4b,6a. Double jeu de friends jusqu'au BD#3.5

Orco : Orrechio de Pachiderma + tempo moderni



La paroi du Caporal, autre star de la vallée offre peu d'itinéraires au regard de sa taille imposante, mais on est la dans du 4 étoiles à chaque longueur




L'oreille du pachiderme est cette incroyable écaille de granite posée au bas de la face. L'année dernière, nous avions remonté son flanc gauche, cette année ce sera le droit.

Un 6b peu technique mais vraiment physique avec un départ explosif sur 10 mètres : verrous de poings, coincements, ça réveille les avants bras!!!

Et dire que nous n'avons pas encore L'ARME ABSOLUE... (?!?)

Fissure physique puis dalle technique en 6b+, il faut sortir en l'espace de quelques longueurs tout le répertoire de l'escalade sur granite.


Encore une voie splendide, à faire absolument.


Orrechio + temps modernes :

6b,6b,6b+,5c,6a,6c+

1 jeu de friends jusqu'au BD#3.5, dégaines pour L3






Orco : La fessura della Disperazzione


MY-THIQUE!!!

La plus célèbre voie du Val d'Orco, et pour cause : 3 longueurs, une fissure, minimum 25 cm de large, maximum 60 cm de large. Sur le papier ça ferait presque rire : 5c, 6a+, 6a...







Alors vous aurez le choix : soit vous avez un lot de très gros coinceurs, soit vous avez un lot de très gros mental. On a pris l'option 1, merci aux aspis qui nous ont dépanné.


Nous avions 3 camalots #6, 2 #5 et 1 #3.5. En dessous? Pas nécessaire ça ne coince pas... Une voie unique, vraiment unique, ou dans L3 il faut ramper dans la fissure avec le dernier #6 posé qui s'éloigne, qui s'éloigne... Quel voyage!

Mais ici, même L'ARME ABSOLUE ne nous aurait été d'aucune utilité, c'est dire... Bientôt quelques explications en image sur cette arme absolue ;o)