vendredi 22 octobre 2010

Red Rocks, Eagle dance

Chassés de la Sierra Nevada par la neige, nous nous échappons quelques temps dans le désert du Nevada... ou il pleut aussi. Après avoir le privilège d'admirer le grès de Zion sous la pluie (grrrrr!!!) nous échouons à Red Rocks pour deux petites journées d'escalade.

Red Rocks est un beau massif de grès en périphérie immédiate de Las Vegas, à quelques encablures du dernier lotissement...

 Je n'avais pas regrimpé sur du grès depuis la Jordanie il y a quelques années, et c'est vraiment du super caillou pour y lézarder : formes, couleurs, tout y est!

Red Rocks propose une belle série de grandes voies dans le massif, et vu que nous ne prévoyons pas d'y rester, nous choisissons une belle classique : Eagle Dance (510c, ci-contre à gauche). Un peu timides vis a vis des cotations, nous ne savons pas trop a quoi nous attendre.

La suprise est très agréable : voie magnifique, une escalade plus "traditionnelle" pour des frenchies , donc nous nous promenons dans les belles longueurs de cette voie. Nous partions presque pour une expé et finalement à 13h30 l'histoire est bouclée...

 La voie a récemment été ré équipée, presque trop par endroits, et nous ne sommes plus habitués à ce standard en revenant de Tuolumne.
 Retrospectivement, nous aurions du faire "levitation 29", voie voisine en 5.11c mais dans laquelle nous aurions certainement été a notre aise. A noter donc si un jour vous allez dans ce coin là...

Nous refaisons en sens inverse les 2h30 d'approche, au travers de canyons errodés qui, dans une certaine mesure, me rappellent à nouveau la Jordanie.

Red Rocks semble être un super site de grimpe avec plein de belles choses à y faire. Un point noir ceci dit : le camping de Las Vegas, où l'on mesure mieux ce que c'est que d'être un indigent au pays du sarko-saint Dollar et de la flambe. On y est très loin des doux levers dans les prairies ensoleillées de Tuolumne... Vite, vite : repartir dans les montagnes!!!

mercredi 20 octobre 2010

Love the ride?

C'est ce que me demande mon Rocky Mountain a chaque fois que je l'enfourche...

Qu'il me pardonne cette infidelité, mais je l'ai troqué le temps d'une journée contre un Specialized dont je n'ai tiré sans doute que 10% des capacités.

Bienvenue a Mammoth, une des capitales US du... "ride": l'hiver dans la pow-pow monstrueuse qui doit se déposer dans les forêts de résineux, et l'été sur les single de psychopathes tracés ça et là dans les collines.

 Ici tout l'été ce sont navettes et autres télésièges qui larguent les cyclos en pleine jungle pour des boucles et descentes dans tous les sens. Marrant de voir comment cette station a joué a fond la carte du vélo l'été, avec des aménagements de furieux dans les sous bois : single dammés, virages relevés, passerelles, tremplins, avec les memes cotations que sur les pistes : du vert au noir, des "plans des pistes", etc.

Pas de bol pour nous, la "saison" se termine trois jours avant notre passage : télésieges fermés, navettes au hangar...

Alors on la fera version Cross Country (avec des machines de descente bien sur!). Une petite montée par la route histoire de bien valider que nos vélos ne sont pas faits pour ça (surtout le mien, arrrggg mes cuisses!) et puis on bascule dans les sous bois valonnés en direction de Reds Lake.


Un petit tour au lac, comme les pinpins...Lac fort joli au demeurant, bordé d'étonnantes plages de sable blanc. Très moche. Et puis comme l'orage menace (a moins que ce soit parceque nos cuisses n'arrivent pas à pousser nos vélos?) on part s'amuser dans les single de descente tracés entre la ville (bas) et la station (haut).
Allez : une grosse pensée émue pour les amis "rouleurs" de grenoble, et il y en a quelques uns!!!

L'endroit est dément et on rêve tous de rouler sur des beaux chemins comme ça. J'en connais même qui, vu certains profils, passeraient plus de temps en l'air qu'au sol...

Mammoth...aahhh Mammoth... et dire que l'hiver la poudre froide et sèche s'y entasse mètre après mètre...

mardi 19 octobre 2010

Des fantômes de Bodie...

Bodie fait partie de ces villes fantômes telles qu’on les imagine dans les livres touristiques sur les US. Celle-ci est apparemment une des plus symptomatiques de Californie. De l’or, beaucoup d’or a été ici extrait. Et puis progressivement, plus rien. Les habitants sont partis, le decor est resté, étonamment intact jusqu'à ce que les autorités en mesurent la valeur patrimoniale.

Entre le départ de la dernière âme et la muséeification, rien : juste de la poussière qui s’accumule dans les maisons, et de la rouille qui ronge les outils laissés ça et là.

 
En ce petit matin gris d’automne, ce qui reste de la ville est rendu à son calme et nous nous coulons aisément parmi les fantomes qui errent en attendant l’hypothétique ouverture du Saloon.

Cet endroit est terrible. Le voir comme un musée serait oublier la réalité de ce qui s’est joué en ces lieux en accéléré. Le voir comme la caricature d’un modèle de développement voué à la chute -la nôtre ?- est terrifiant.  J’avais déjà traversé un village fantome sur la cote Est du Groenland en 2008 (Cap Hope, quel nom prédestiné !) mais ici, les stigmates de la chute sont encore plus criant.

Bodie une ville fantome ? Assurément. Mais plus tard, quand nous traverserons Goldfield (!) , sur la route de Vegas, on se dit que dans quelques années celle ci ne vaudra à peine mieux que Bodie. Il y aurait donc une morale ? Le feu de paille allumé par cette soudaine prosperité ne saurait faire illusion et l’herbe sauvage finirait par l’emporter sur la cupidité ? bof bof : à quelques encablures de la, l’illusion de Las Vegas fonctionne a merveille, bien loin de la morale, et même l’herbe sauvage y a été soudoyée, mue en vulgaire gazon survitaminé.
 


 J’aimerais que Bodie préfigure ce que Las Vegas sera dans un siecle. Mais je n’y crois pas. Entre temps, on fera un drole de voyage dans le temps a déambuler entre les bicoques de bois de Bodie. Décor presque destroy, suspendu.

Etonnant


…aux pélerins de Monolake

Mais où sont-ils tous partis, les fantômes de Bodie ? Pas si loin : échoués sur les rives de Monolake, ces pénitents tout de blanc vêtus errent sur les rives de ce lac salé en attendant des jours meilleurs.

En attenant, ils font le bonheur des photographes. Bien sûr, on viendra ici profiter de la lumière matinale, et pour l’aube, on aimerait avoir la panoplie d’optiques nécessaires pour capturer ce qui peut l’etre. Il y a des fois ou le regard ne suffit pas, il faudrait le matos qui va avec.




dimanche 17 octobre 2010

Variations autour de Tuolumne

Drug Dome - Oz (5.10d)



Oz (prononcer Oziiii) est labelle ligne evidente dan le diedre ci-contre. Forcement tentant! On peut la prolonger avec la "graham traverse", sous le grand toit du haut, mais ca oblige alors a redescendre a pieds on the other side... et c'est si bon de grimper sans les baskets dans le dos que nous laisserons la traversee pour une autre fois.
Une escalade presque difficile quoi que courte, mais qui est un vrai petit bijou. On retiendra entre autre le beau mur a reglettes (enfin un truc ou l'on maitrise!!!) de L3 et le superbe diedre deversant de L4. Au fond, la fissure parfaite.

Le stock de coinceurs moyens y passe. Gare a toi si tu ne peux tripler les 0.5 et les 0.75!!!!
De quoi se regaler une nouvelle fois, dans un style de fissure assez conventionnel, le diedre etant garni de reglettes pour les pieds de part et d'autres. Voici une voie ou il fait bon se tester dans de la grimpe un poil athletique, le devers de L4 reveillant indiscutablement les avant bras.
Et puis surtout : faire cette voie en milieu d'apres midi , pas avant (a l'automne) pour profiter du soleil. Si vous etes a deux cordees, la premiere fera alors des images dementes des seconds. Qu'on se le dise!



Cathedral Peak - Southeast buttress (5.6)

Avec Cathedral Peak, on entre dans les voies "montagne" de Tuolumne : comprenez par la une approche un poil plus longue, et un "vrai"sommet. Cathedral Peak, c'est un peu la Dibona du coin, JM. Cambon en moins.

L'approche est enchanteresse, et le sommet vraiment tentant. Le dimanche il ya foule, c'est un peu la sortie escalade famille. C'est tres beau, rempli de fissures et d'ecailles ce qui fait que finalement si ca bouchonne dans la classique, de multiples variations sont possibles. ca passe partout!                                                                         Pour nous ca deroule tranquillement, dans la plus grande absence de politesse vis a vis des nombreuses cordees presentes ce jour. Une variation a gauche et hop,  nous voila devant tout le monde et propulses au sommet, fort beau.Une bien jolie montagne, un sommet presque aerien, et un parcours qu'on se prendrait presque a avoir envie de parcourir en solo histoire d'alleger la promenade.




Third Pillar of Dana - Regular route (5.10b)


Une belle et derniere voie montagne pour ternminer cette petite selection tuolumnesque : third pillar of Dana. Ici, le cote montagne est affirme. Trois heures d'approche dont une derniere section aerienne, un poil d'isolement, un beau pilier... Repousses une premiere fois par une meteo capricieuse, nous nous presentons devant la chose pleins d'envie. L'approche fait partie de la voie : somptueuse.

 Et comme ensuite la voie est egalement belle, ca fait une belle journee, MonoLake en arriere plan. L'escalade ici est asses chamoniarde, parfois difficile avec quelques pas de bloc surprenant. Mais dans l'ensemble, les protections sont toujours bonnes. L'ambiance est sauvage, presque austere, et ce n'est pas le maigre piton present dans la voie qui va y changer grand chose.
 
Et puis ce qui est cool, c'est qu'une fois en haut, c'est termine puisque l'on sort sur le plateau par lequel on est arrives... J'aime les voies qui terminent comme ca, ca me rappelle ce cher Verdon!


Au Verdon il y a la riviere, ici il y a Mono lake, un poil plus turquoise. On connait pire comme arriere plan lorsque l'on grimpe non?
 
Voila donc une belle classique de Tuolumne que je vous conseille si vous passez dans le coin (c'est un peu plus loin qu'EV mais ca vaut le coup ;o).

ca fait quand meme une longue journee, a ne pas sous estimer, et un depart matinal est conseille. D'autant que le bazar est expose Est, donc il serait bete de grimper a l'ombre.



Quelques belles voies de Tuolumne meadows...

                             

Vous trouverez ci-dessous une petite selection de voies, toutes plutot classiques et issues de l'excellentissime topo des plus belles voies de Tuolumne. A Tuolumne, on peut prevoir de rimper tous les jours sans pour autant que ce rythme constitue un exploit sportif! Les voies ainsi que les approches sont courtes, les descentes aisees. Une bonne paire de baskets dans le dos, un petit sac et zou, c'est parti... Que ceci vous donne l'envie!


Stately Pleasure Dome - Great White Book (5.6R)

Impossible de resister au Stately Pleasure Dome : ici, on grimpe au-dessus de l'eau, sur un versant sud plein de soleil, et l'approche est plutot simple puisque on chausse les chaussons...a la voiture.

L'enfer!

Le "great white book" est le grand diedre blanc que l'on voit sur la droite des dalles ci-contre. Un modeste 5.6, mais dans un style resolument "US", entre cheminee et off-width (fissure extra large) avec un peu de "run out" en sortie (dalle non equipee)


On ne s'etendra pas sur la qualite du rocher : partout a Tuolumne celui-ci est bon.


 On comprend vite pourquoi ce nom : great white book. Un Granite blanc, un diedre qui s'ouvre de plus en plus...

L'ambiance dans cette voie est superbe, le lac est derriere nous et la route qui le longe fait presque partie du paysage. Nous faisons la nos premiers pas dans ces cheres cheminees / off width dont nous ne connaissons rien ou presque dans nos escalades francaises... Facile sur le papier, facile en second, mais quelques doutes en tete pendant ces longs metres en opposition sans possibilite aucune de proteger... Plus haut, nous serons contents d'avoir emportes deux BD#5 (merci Jeff;o)

Une classique de classique certes, mais une voie tres belle.















Stately Pleasure Dome - South Crack (5.8R)

South Crack est une voie un poil plus difficile (bien que plus classique pour des frenchies) sur la droite du Dome. Toujours la meme ambiance paradisiaque, on se demande meme ou sont les cocottiers.

Ici nous savons faire : de la fissure classique, a doigts ou a main, et qui se protege tres bien. A Tuolumne comme au Yosemite d'ailleurs, on utilise beaucoup plus les nuts qu'en France (ou on ne les pose en general que lorsque l'on est a court de camalots). Emmener deux jeux n'est pas superflu (n,est ce pas Y.A), dont des micro nuts et des off-sets que l'on trouvera sur place dans les shops de grimpe. Dans leurs fissures, ca marche du tonerre!

Cette South Crack est tres belle, je note simplement une petit confusion dans le topo qui laisse a croire que dans L1 il ne faut pas prendre la fissure de droite... Une fois aux pieds de la voie, prenez celle de droite ( sous peine de bricolage pour rejoindre R1)

Nous goutons dans cette voie ce que signifie le "R" (run out) associe a la cotation... Des passages/longueurs en dalle improtegees et improtegeables. Attention les nerfs, ca devient tres vite stressant, parfois dangereux meme si c'est "facile". Nous voici donc prevenus et nous serons donc vigilents dans le choix de nos voies car ce genre d'elements n'est pas a negliger dans la cotation affichee sur le papier.


















Daff Dome - Crescent Arch (5.10b)

Esthetique non?

20 minutes d'approche pour ces quelques belles longueurs sous un grand diedre. Ici ca grimpe un poil plus mais ceci reste bien raisonable.
 L2 et L3 constituent une petite introduction a l'escalade Yosemitique, a savoir sur du granite lisse comme un savon humide. Peu de voies a Tuolumne presentent ce style, celle-ci oui. il faut donc "coincer" mains et pieds dans la fissure, dans un style denomme "jamming" (jamm = confiture)... Tout un poeme!

Mais nous sommes des poetes, ca tombe bien (surtout moi!)

Ca grimpe donc tres bien et nous avons meme le luxe d'avoir des relais confortables. Heureusement, car devant nous, une cordee bouine un peu. Nous avancons-plus- vite, c'est donc que nous ne devons pas etre tant que ca a la rue.

La longueur de 5.10b passe plutot bien, armes de nombreux petits friends...

Dans ce diedre inverse, mes "ball nuts" se revelent etre de precieux joujous, ce que me confirmera d'ailleurs le reste du sejour : a chaque ball nut en place, point d'alternative, les camalots ne rentrent pas... Belle invention, merci Camp!











Fairview Dome - Lucky Streaks (5.10d)


Lucky streaks est sans doute LA voie a faire a Tuolumne dans ce niveau. Une immense fissure-ecaille qui remonte le flanc ouest du Dome sur 6 longueurs.

Rien a dire, rien a jeter!


Le rocher est ici typique de Tuolumne : un granite empli de knobs ou equivalent, composes d'enormes cristaux de mica et de quartz...

 Pas la peine ici de grimper aux aurores, sous peine de caillante. Le soleil y est genereux a partir de la mi journee, et le lumiere de fin du jour vous garantira un sommet feerique.

Une belle voie, une tres belle voie de vraie escalade comme on l'aime. Des relais pas toujours confortables sur coinceurs viennent pimenter le tout. Quel beau cocktail. Ici, il faudra venir avec des biscuits : comprenez des coinceurs en nombre. En general dans toutes les voies de Tuolumne on compte au max un ou deux pitons par voie, et quelques relais equipes. Ici, on grimpe donc charges de ferraille...
Comme nous, arrangez vous pour etre en haut a la fin du jour : la descente devient alors feerique, sur de grandes pentes criblees de knobs aux ombres projetees...Tellement beau que nous y remonterons meme un soir, armes d'optiques adequat, pour capturer ces instants. Pierre? Vieille neige de printemps? Sur quelle etrange coulee marchons nous?