lundi 15 août 2011

Pointe Micheline, compote de bras dans Michelle Angello


Encore du timing au millimetre : decidemment, pour aller en montagne pendant les week-end de cet ete, il faut ciseler les projets au regard des orages qui, ces derniers temps, semblent prendre un malin plaisir pour se declencher pendant que l'on ne travaille pas. Bref, un ciselage parfait pour cette Sainte Marie. Sacs, voiture, petit train, approche a l'arrache... il faut se pousser un peu, car LE creneau c'est samedi. Pas avant, pas apres.

Une idee : "Guere de feu" dans les contreforts sud du Grand Dru. Ca se transforme au bout de 25 metres en "Michelle Angello", la voie voisine. Le "pratique" en fin de post donnera la raison de ce changement. Je ne sais pas si nous avons rate quelquechose, en tous cas nous n'avons pas a regretter quoi que ce soit. Michelle Angello : grande et longue -tres longue- voie de 600m., dans une escalade soutenue puisque l'ensemble du bazar cote ED. Bilan? Plein les bras!

Michelle Angello sort de l'ombre : 1heure de bataille pour rejoindre R1, relai intermediaire sur becquet, et puis enfin les deux spits/maillon. Enfin dans la vraie voie, y'a plus qu'a grimper...

A l'attaque de L3, un 6c tout en progression, un final explosif.

Ju dans une ambiance plutot 'montagne', fin de L5, enfin un peu de repos.

 L7 : un magnifique 6c. Je laisse les habitues du granite deviner l'itineraire a suivre : logique et astucieux. Garder des forces pour la fin, avant un knob exceptionnel.

45 metres plus haut, votre serviteur en termine avec cette belle longueur. Derriere nous, on apercoit un guide italien et son client. Il tireront les rappels dans le foulee : leur nuit mis a la porte du refuge ;o) a sans doute laisse des traces...


Un peu d'ambiance, perches tout la haut que nous sommes, a la sortie de la longueur en 7a qui, faut-il bien l'avouer, "cogne" quelques peu!



Allez, on termine avec la litterature : parlons a present du "pratique", qui sera sans doute utile si vous souhaitez aller grimper la-bas...

Etape 1 : l'acces -
De la Charpoua, on traverse a niveau vers l'ouest en direction de la face, en visant un gros cairn que l'on voit du refuge. Derriere le cairn, un gros bloc tabulaire abrite un relai. En 50 + 15 metres, on est poses sur le glacier. Pour le retour, on pourra remonter au point de depart par une rampe en ascendance de droite a gauche, demarrant la ou le rappel vous pose. Rocher un peu peteux, pas difficile, mais ca grimpe quand meme. Laisser une corde statique comme preconise par le petit topo "Vertical" me semble etre la moins bonne solution. Ou alors prevoyez 60 bon metres + deux jumars (car rappel "fil d'araignee"). Le glacier se traverse ensuite a niveau, plutot facilement. Il est tres travaille mais pas de crevasses, donc ca passe sans souci (nous avions crampons + piolets alu).

Etape 2 : L'attaque

Cf la photo ci-dessous. La photo du topo "Vertical" est fausse. M.A est a gauche, et GdF est a droite. En rouge le but a la vieille lunule pourie, en orange la bifurque vers Michelle Angello

ED, 600m., 6b obl. - 6a+,6a+,6b,6b,5b,6a+,6c,6b+,7a,6b,6b,5c,6a.
 Un jeu complet de camalots du micro au #3.5 en doublant du #0.3 au #2 ainsi qu'une une serie de petits stoppers + 6 degaines. Il ya toujours au moins un spit "directionnel" par longueur ou dans les passages les plus durs.
Rappels ok, prevoir un peu de cordelette.

point rouge = lunule pourrie, barre horyzontale = R1 intermediaire sur becquet,  point orange = R1

A droite de notre attaque, une belle fissure rouge. Encore a droite, la grand fissure-cheminee qui descend du haut. A gauche de notre attaque, la fissure de depart theorique de Michelle Angello. Nous partions pour "Guere de feu" : la fissure rouge semble difficile, je pars dans celle d'a cote en visant un relais apercu du bas. Arrive a ce pretendu relais, c'est en fait une pauvre lunule toute defoncee, sans doute utilisee par les equipeurs de la voie il y a fort longtemps. Au dessus, un mur rouge compact, je ne vois pas la suite, pas de trace de relais et deja pas mal de matos laisse dessous. ca pue! J'apercois un spit 15 metres a gauche, je decide finalement de bifurquer vers lui par une traversee descendante a gauche sur une dalle (5metres) qui permet de rejoindre des fissures puis le spit. Encore 5 metres au dessus, ca se couche dans une espece de diedre, et la on arrive en bout de corde. Relais sur sangle grace a un tres bon becquet, 10 metres sous le vrai R1 bien visible dans une dalle. Je pense que le niveau du glacier a du baisser de 10 bons metres, ce qui rend le depart paumatoire, difficile et un R1 bien trop loin... qu'on se le dise! Ou se trouve donc le R1 de "guere de feu"??? Si quelqu'un peut me renseigner...

Pour la suite, RAS excepte dans L9 (7a). Elle demarre par une fissure difficile a gauche du relais, puis continue assez haut en ascendance a gauche. Au bout de 35 metres, LE crux : un mur ultra raide et lisse permet de rejoindre une fissure a gauche. Nous avons prefere saucissonner le truc (trop loin, trop de tirage). Avant le pas en 7a, deux spits distants d'environ 1,5 metres permettent de faire un relais en raboutant avec des sangles. Du coup, ca repart beaucoup mieux, avec un petit pendule depuis le deuxieme spit pour aller chercher la fissure 2 metres a gauche. Relais 10 metres plus haut.


Etape 3 : le retour -
Apres un rappel bien coince dans L11 (grrrrrrr!), a noter qu'on peut avantageusement shunter R7 (tres desaxe) pour un R7bis a l'aplomb de R8, au fond de la grande gorge (cordelettes + maillon, visibles a la montee). Ensuite de R1, nous avons rejoint le glacier en laissant un skif sur le premier spit apercu en montant. R1 ne permet pas d'atteindre le sol. A 21h sur le glacier, nous n'avions plus la motiv pour traverser et remonter les 2 longueurs en face de nuit dans du rocher pourri. Nous prenons donc l'option longue mais plus reposante : descente par le glacier. Tres tourmente mais jamais sans aucune crevsse, ca descend tout seul d'abord rive droite (neige), puis au gros chaos traversee descendante vers la gauche pour rejoindre une grande depression chargee de caillasse ( reperer dans la journee depuis la voie, ca aide!) De la, on reste dans l'axe du glacier plutot legerement a gauche, pour atteindre les dalle lisses. une fois sur le rocher, rester au centre des dalles legerement a gauche avec deux petits passages dans des diedres couches qui passent tres bien a croupis (on se croirait a Tuolumne sur les domes!) puis on rejoint la moraine rive gauche, pour remonter alors sur le sentier du refuge. Je pense vraiment que cette desecente de nuit est preferable plutot que de regrimper en terrain inconnu de nuit. A vous de juger.

Et si quelqu'un peut me renseigner sur le depart de "guere de feu" je suis preneur...

Pour finir, mention speciale a Christophe le toujours genial gardien de la Charpoua, qui a compris que quand on part dans les montagnes, une soupe a l'eau et des corn flakes font difficilement l'affaire.