samedi 22 octobre 2011

Variations en bleu et jaune

Des automnes comme celui-ci, on en prendrait bien des mois et des mois. J'ai l'impression que le ciel est bleu depuis le 1er aout. C'est la saison parfaite pour se ballader dans les alpages. C'est une tradition que j'avais un peu eu tendance a oublier ces dernieres saisons, il etait temps de renouer avec : une petite Pierra Menta au soleil d'automne, quand la montagne est vide. C'est tellement bon. J'adore ce bout de rocher perdu dans ces hautes prairies. Peut etre parceque c'est ici que j'ai fait ma premiere grande voie, tout un symbole...


Le monolithe : celui a cote duquel le Grand Capucin lui-meme ne rivaliserait que de loin, si tant est qu'il s'y risque. On se calme! Il n'empeche : du soleil, du beau caillou, un beau paysage, ici sont reunis quelques ingredients pour passer du bon temps.


Ingredient ultime : une grenouille


On tricotte entre les voies : partis dans un 6c technique a souhait, nous bifurquons apres deux longueurs pour ne pas reveiller la tendinite endormie. Pas maintenant.


Certains disent qu'ici il faut faire deux voies l'une sur l'autre pour 'rentabiliser' le deplacement. J'ai deja parle ici de ma definition de la rentabilite en montagne. Ici, profiter de la journee, c'est aussi deambuler dans les beaux alpages de Treicol, sur les traces d'une tres ancienne activite pastorale ainsi qu'en temoignent de nombreux indices. Tout bien. A present le soleil peut baisser, nous sommes heureux.

vendredi 21 octobre 2011

Terminer le travail


Après les deux premiers épisodes des mois derniers passés dans cette belle face des Perrons, il fallait remonter pour terminer le travail avant l'hiver. Le socle du bas ouvert, le beau mur du milieu ouvert, il nous restait à trouver la sortie pour donner à cette voie un final dans l'esprit du reste.


C'est désormais chose faite. Après un espresso au Hilton des Perrons confectionné par Michel, nous repartons ouvrir les 3 dernieres longueurs interrompues il y a peu. Forcement, le haut arrivant, la grimpe se calme un peu, ce qui est sans doute pas plus mal pour les répétiteurs car il faut bien avouer que depuis le bas, il n'y aura pas beaucoup de longueur relax. Encore 3 belles longueurs dans le 6b+ max, sur du rocher toujours parfait.


Nous sortons en haut, sous un soleil insolent. Ripaille, puis on repart au boulot : scellements, grattage et tutti quanti. La voie est désormais quasi achevée, il reste les scellements/nettoyage à faire. 10 longueurs dans ce beau mur des Perrons, 7a+ max.


Ne reste plus qu'à recueillir votre avis, et puis pour nous à l'enchainer en intégralité pour voir ce que donne l'ensemble mit bout a bout. Réponse dans quelques mois dans le nouveau topo Aiguilles rouges de Michel P. C'etait une belle aventure, et j'y ai appris plein de choses pour des "projets futurs"... et j'avoue en avoir un très beau en tête.