samedi 29 décembre 2012

La Grande Journee des papas


Pas facile de résister : résister au ciel bleu, résister à la poudreuse quasi omniprésente. Partis pour des combes nord, l'appel des versants ensoleillés se fait plus fort que tout. Ce sera donc du tricotage autour de la Grande Journée.


Moi je suis sur place, Sebastien fait un peu de route. Puis ce sera face sud : trois traces nous précèdent, et malgré la chaleur annoncée, la poudre est toujours légère.
 

Dans les grands déserts blancs, nous refaisons le monde. En cette fin d'année, avouons qu'il est plus que temps... Pour 2012, c'est quasi fichu!


Première goinfrade en face nord. Pas une trace, poudre légèrement densifiée par le vent, un régal. Une buche de noel.


Stopper au bon moment, puis 20 mètres de traversée plus tard, une petite arête basculée et hop, rebelotte au soleil cette fois en versant Est. Sébastien décide de lâcher les cuisses : entre ce premier virage et l'extrémité supérieure de la coulée visible au fond ... pas un stop. S'arrêter c'est tricher. Peu enclin à enfreindre la règle, je lâche les cuisses moi aussi.
 
Le premier papa -qui fait de la route- s'arrêtera là et plongera ensuite jusqu'à la voiture. Le deuxième papa, celui qui habite là, en reprendra pour 500 mètres de peaux donnant accès à 1200 mètres de poudre vierge dans la lumière rasante de la mi journée.



Et puis, fissa, remontée en face en voiture cette fois vers le plateau de skating pour que tout le monde puisse profiter du soleil radieux de cette belle journée.

vendredi 28 décembre 2012

Ni trop haut, ni trop bas

Trop bas, c'est un marécage. Trop haut, c'est tout plaqué.
Entre les deux, ça doit passer.


Les stigmates de la mousson de la veille sont encore visible, mais ce serait sans compter sur le refroidissement nocturne qui a recouvert la misère d'une belle couche de poudre.


On joue a saute-chalets, un jeu très répandu en Beaufortain. Cath baptise son matos tout neuf, on sent que noël est passé par là.


Comme prévu, plus on monte et plus c'est bon. Les nuages se déchirent, mais deviennent un tantinet taquins dés lors que nos peaux sont rangées dans le sac.


Pffffiut. Direction le feu de cheminée.

vendredi 14 décembre 2012

Scarifications d'altitude


J'ai une sainte horreur d'evoluer sur un glacier. La traitrise absolue.
J'ai une sainte admiration de leur puissance. Sculpturale.

lundi 10 décembre 2012

De sable ou de neige



Dans les deserts du grand hiver, les pyramides chartrousines n'ont rien a envier a leurs lointaines cousines egyptiennes. Kheops, Guizeh et Saqqarah revisitees.



dimanche 9 décembre 2012

Heureux dans le bleu

Changement de decor, changement d'ambiance et puis surtout... surtout...
de compagnie?


Aujourd'hui, tout est bleu, nous sommes deux, nous sommes heureux.
Quand la neige est de ce cette qualite, que la lumiere est rasante...


Quand nous sortons de la brume, lorgnant du cote de notre future descente...


Quand la meringue ne nous quitte plus, quand nous reprenons nos traces "d'avant", mais tellement plus riches... 


Alors la journee ne peut etre que bonne, excellement bonne.
La regle est simple : largeur de patin X 10 = epaisseur de profonde


Ecoutes le bruit de la poudre froide soulevee par l'appui... ssssssshhhhhhhhhhh........

Notre premiere sortie tous les deux.
Tout bleu, tout heureux.

Gros temps dans le blanc

En Chatreuse, quand le temps est gros, il ne fait pas semblant. On sort les outils appropries et, tel le nourrisson sur son tapis d'eveil -vous noterez l'image!-, le skieur des bois part explorer son tapis d'eveil a lui.


Doux et profond, il n'y a qu'a se laisser s'y perdre. Tranquillement, pas besoin de se presser. Nous ne ferons pas d'exploit aujourd'hui vu a meteo et la nivologie. Une petite montee dans les bois pour prendre la temperature ambiante.


Siberien sur les cretes, Valdezien en foret.



Nous choisissons donc l'option Valdez, et lachons les chiens dans ce sous bois immacule.
Honte a nous.
La montagne est detruite apres le passage de Xav, paix a son ame.

dimanche 2 décembre 2012

Sa premiere Croix

On les connait pourtant par coeur ces jours la : premieres neiges, la grosse dose, inversion thermique. Le bas est gris et sombre, le haut est lumineux et blanc.


Ce jour-ci avait une saveur toute particuliere.
Une n-ieme Croix de Chamrousse? Oh que non...


Le regal est absolu, meme si les courbes a mach 10 dans la po-po seront pour plus tard. Je me regale. La lumiere est magique, magique! Le bonheur est la. Il est aussi tout contre moi et a cote de moi.


 Plein les yeux, oui certainement. Mais pas seulement. Tout contre moi, a cote de moi.


Nous en profitons. Certes nous aurions pu rester jusqu'au bout, pour admirer le soleil disparaitre.
Nous decidons de rentrer avant la nuit, avant le froid. Contre moi, un petit bout a besoin de chaleur...
On ferme les ecoutilles, un peu plus que d'habitude. Un bras autour du cou, l'autre qui tient le baton. C'est parti : grandes petites courbes sur la damee. Premieres glisses, premieres de premieres. Lilouenn a fait ses premieres courbes, nous avec. Lilouenn a fait sa premiere Croix, nous avec. Fantastique.



Lequel est donc le plus heureux???


dimanche 25 novembre 2012

Avant le froid



Un automne grisatre qui s'allonge, peu importe... C'est l'occasion d'ambiances humides toujours interessantes a capturer. On passe tant de fois devant chez les Riva, toujours presses d'aller grimper, qu'on en oublie la beaute denudee du lieu. Et puis un jour, on s'arrete.


Les sous bois degoulinent, il va etre temps que le froid vienne figer tout ca. Les rochers, eux, sont encore presque secs. Suffisamment pour passer une belle journee de grimpe aux Grandes Suites, avec le maitre absolu des lieux qui nous emmene dans des 'coins secrets' ou les longueurs avoisinent 40 metres de rocher tout neuf. Muriel analyse mes 'motivations profondes' et m'indique les gestes qui doivent m'y ancrer. Le majeur contre le pouce. Clins d'oeil de Michel 1, sourires de Michel 2. J'avale un superbe 6c+ a vue. Le majeur contre le pouce ...


Cinemascope.
Nous etions tellement mieux la qu'a serrer de la resine.

dimanche 18 novembre 2012

Le Blond n'est plus...

Ce samedi, l'escalade avait un gout amer. Le matin nous apprenions le deces de Patrick Edlinger.
Combien sommes-nous a grimper un peu grace a lui, ou grace aux images de lui qu'un jour ou l'autre nous avons forcement vu? Le mythe etait construit, mais sacrement bien construit. Quand j'etais mome, j'avais dans ma chambre une affiche du Blond, et ca m'impressionnait sec! De le savoir disparu me met un coup, d'autant que je m'imagine -peut etre a tort- une fin de vie pas franchement heureuse. Curieux de voir les deux potes, les deux Patrick, les deux "icones" prendre la meme tengeante a peu de chose pres. Un peu glauque aussi, et je me dis qu'etre fort c'est bien mais ne pas savoir en sortir est terrible.


Ce jour il fallait le grimper, en memoire du Blond.


dimanche 4 novembre 2012

Une Punta Massimo a contre temps

Allez, puisque l'hiver semble la, un dernier petit coup la haut, au beau pays du granite.
Je suis monte cet ete grimper du cote de la tour des Jorasses, un des derniers coins du massif ou j'avais envie d'aller "decouvrir" de quoi il retourne. L'envie d'aller en decoudre avec "Etoile filante" est bien la, mais le niveau lui l'est un peu moins... Nous partons donc dans l'idee "de voir sur place", avec une sortie de secours possible du cote de la Punta Massimo et ses voies nouvelles.

L'enorme pilier qui descend de la pointe Walker. Les voies sont sur le flan droit.


La seule chose interessante a Boccalate, soyons clairs, c'est la vue. Pour le reste, on peut considerer que ce refuge est desormais abandonne, aussi curieux que cela puisse sembler vu la ou il est place. Ouvert a tous vents, humide, plus entretenu... bref, on est loin de certaines ambiances bucoliques du versant italien. Passons.

Retour sur la moraine pour recuperer le matos laisse la veille, y a plus qu'a porter et a grimper.


L'approche pourrait paraitre tranquille, a mon sens il n'en est rien : ce serait oublier les seracs du haut des Jorasses qui surplombent la combe que nous remontons. L'entonnoir se fait de plus en plus etroit. Je n'aime pas ca. Il faut grimper au plus vite.

Nous nous arretons donc sous la punta Massimo, a gauche de la tour des Jorasses.
Vu du bas, il y a de quoi grimper. Il est vrai que la tour des Jorasses fait aussi envie...

Trois voies parcourrent la belle.
A l'attaque, nous  n'avons pas le choix : il nous faut bricoler pour prendre pieds sur le socle : recul glaciaire, equipement franchement discutable...

Nous nous elevons par L1 de "Horyzon vertical" puis bifurquons a gauche pour se mettre dans la voie "Jim", plus soutenue.


La grimpe devient alors plus difficile, avec du 6c+ a negocier qui nous donne quelques occasions de crisper. Si vous avez des "offsets" prenez en quelques petits/moyens. 4 longueurs dans la voie "Jim" puis nous bifurquons a nouveau a R6 pour sortir par les dernieres longueurs de "Horyzon vertical"

Si jusqu'alors la grimpe pouvait sembler classique, peut etre pas au point de meriter le deplacement, nous enchainons sur le haut deux longueurs d'anthologie en fissures, 6b puis 6c, dans un incroyable granite fracture et sculpte a la fois. Fantastique!

Votre serviteur en termine avec la voie, heureux :-)

Si vous aimez la solitude des grandes escalades, allez la haut plutot qu'a l'Envers des Aiguilles, meme si le potentiel est bien moindre. Il vous faudra oublier les ambiances cosy du refuge, et finalement le bivouac sur le haut de la moraine est peut etre une bonne option. Les longueurs du haut sont majeures, les longueurs du milieu sont difficiles, les longueurs du bas sont quelconques. Ci dessous le topo, pas edite a ma connnaissance.


lundi 22 octobre 2012

Le nouveau topo des Aiguilles Rouges est la

Allez! Allez jouer dehors!

Du nouveau pour satisfaire nos envies. Mais ou s'arretera-t-il? Des longueurs, encore des longueurs, toujours des longueurs. 180 pages d'escalades pour tous les gouts, dans tous les niveaux, mais toujours dans ce cadre majestueux des Aiguilles Rouges.

Le nouvel arrivage dans la longue serie des topos de Michel Piola est desormais disponible. Si vous aimez la grimpe, aucune excuse : il vous faudra celui-la, aussi. Si vous avez des excuses, elles valent d'autant moins que Noel approche et qu'un nouveau topo, ma foi, c'est quand meme plus utile qu'une n-ieme station meteo ou que le dernier i-phone produit a bas cout par les petites mains chinoises.

Et puis vous ferez une bonne oeuvre : pour memoire, les broches, les scellements, les meches, les accus, les chaines et tout le reste, Michel nous en fait cadeau sur ses deniers personnels, alors de temps en temps on peut bien renvoyer l'ascenseur.

Et puis allez : si vous ouvrez grand les yeux, vous y verrez ca et la quelques voies ou j'ai fait mon possible pour etre a la hauteur. Si vous les ouvrez plus grand encore, vous reconnaitrez peut etre un visage familier en couverture de cet ouvrage ;o)

Superbes aventures et joyeuse grimpe a vous: alea jacta est!

dimanche 14 octobre 2012

Alpinisme express en Oisans

Ce week end, Lilouenn avait un gros objectif.
Face nord ouest du Dome, versant Bonnepierre. Nous assurons la logistique : nous gerons la depose de matos aux pieds de la face la veille, elle peut ainsi rejoindre la moraine plus legere. Depart avant le lever du jour, nous n'aurons pas le temps de la voir. Juste l'apercevoir et echanger avec elle par radio.

Nous la suivons aux jumelles pendant son ascension express. Impressionnant.
On la devine sur l'image ci-dessous, en pleine action.
Au bout de 7 heures, elle est au sommet. L'horaire de son pere est bien largement battu.


Elle redescend tranquille par le col des Ecrins, et nous rejoint sur la moraine. Pas franchement fatiguee, elle propose de nous emmener faire une promenade dans le vallon des Etancons. Banco! ca nous rappellera des souvenirs, quand nous aussi nous courrions les sommets.


Un petit tour vers la face sud de la Meije, qui semble deja etre entree dans l'hiver.


Lilouenn remonte rapidement au Promontoire y deposer quelques pitons et un brin de 8mm -un projet pour cet hiver- puis nous redescendons tranquillement rechauffer nos vieux os dans un bistrot de Grenoble, "Chez Xav", ou une autre aventure nous attend...

lundi 1 octobre 2012

Changement de saison?

Moins en haut, plus en bas : les priorites changent.
Nuits fraiches, lumieres cristalines... serait-ce l'automne?
Retour en falaise, et quelque chose qui me dit que nous allons y passer de plus en plus de temps. Plus simple, forcement plus simple. Et puis des amis ouverts, pour qui le nombre ne compte pas, ou moins que les belles journees partagees a deviser voire meme a grimper. Merci a vous de nous accueillir.
 


 
Tout bien. Pourvu que ca dure.
De la Bretagne et du calcaire : deux espaces si chers a ton coeur.
Lucienne, pour toi, penssees immenses, vide vertigineux, injustice douloureuse ... Notre petite bretonne t'embrasse.