lundi 6 février 2012

Jojo : surtout, surtout...ne change rien!

Pure english style, isn't it?



... mais bien du mérite malgré les apparences ;o)

Le festival continue...

Décidemment cette année, pour skier autre chose que de la poudre il faut le faire exprès. Encore un festin ce dimanche, avec les conditions anticycloniques que l'on sait. En sortant du lit ce matin, le thermomètre affiche -19°C sur le balcon... Je me disais bien que l'air était vif!


Le ciel bleu du jour est cette fois-ci imparable : c'est une face sud qui s'impose et rien d'autre. Pour cette ballade en famille, le Perron des Encombres se prete tout naturellement à nos attentes : de la poudre froide et du soleil. Deuxieme avantage : on part quasi de la maison skis aux pieds.


Le long vallon de la Saussaz se remonte tranquillement. J'ai le temps d'admirer la face Est de la Croix des Têtes avec, ce jour, un très beau et raide couloir qui longe l'éperon principal (la sortie à droite du sommet rocheux ci-dessus) et qui donne franchement envie... Quelqu'un le connait?


Une autre fois. Aujourd'hui c'est ballade. Quitté le vallon, les belles combes froides de la face Sud Est nous tendent les bras. La neige y est restée particulièrement froide. Plein sud en plein pente, ça commence déjà à chauffer malgré le froid sibérien.


Mon Jojo est peu a peu atomisé par cette longue remontée. Mais la fatigue tombe sous les coups du redoutable analyste de la City : cette neige de cinéma mérite tous les efforts du monde.


Un trident pour trois Rémy : pas de doute, ils sont ici chez eux.


Nous stoppons sur l'épaule sud sous le sommet. La face sud directe me semble un peu trop chargée à mon gôut.
Doudounes, saucisson d'âne, thé fumant.
Clac! Talonnieres bloquees, puis...


La suite se passerait de commentaires. Ou alors si : une bande son toute discrete, ou l''on entendrait le souffle de la neige froide qui vole sous les appuis.


Après quelques tergiversations ces jours derniers, je peux enfin véritablement tester mes nouveaux jouets. En 1 mois, j'ai renouvelé tout mon matos et le mélange concocté est détonnant. Dans cette neige tout du moins. Peut-être en reparlerai-je ici prochainement (ci dessus et ci dessous, votre humble serviteur en plein émoi).


Une journée d'hiver comme je les aime. Du froid sec, du froid qui me rappelle l'arctique. Une journée en bonne compagnie.
Cet hiver est pour l'instant fabuleux pour le ski, tant pis pour la glace. Il me console -et sans doute ne suis je pas le seul- de la disette nivologique de l'an dernier. Pourvu que ça dure.

dimanche 5 février 2012

On y croit... puis non

Je le guettais celui-ci : le couloir des Tougnes a Terrassin. Expose sud, seul un grand froid permettait de le skier en poudre. Voire en grosse poudre comme cette annee en Beaufortain. On remonte le vallon, confiants vu les -12 au parking.


3 miserables traces dans le vallon des Sapieux. Miserables car meme dans cette neige froide a souhait, celles que nous remontons ne sont manifestement pas l'oeuvre de skieurs emerites. Une chose est sure vu les baignoires : ils ne PEUVENT PAS etre alle aux Tougnes.


Et la, c'est le drame : leurs traces viennent du couloir convoite. Le probleme est que quand on ne sait pas skier, dans un couloir, on vendange. Telle la luge a foin de base. Et la on peut dire qu'ils l'ont vendange... Laboure...Saccage. Merci a vous, skieurs improbables, qui plutot que d'etre alle apprendre a skier dans les belles pentes debonnaires du vallon avez sans doute prefere accrocher ce beau couloir a votre palmares. Felicitations d'avoir tout pourri. Mais par contre vous pourrez retourner le refaire dans quelques annees, car la descente en conversions n'est pas franchement vallidee...


Desole mais vous m'avez mis les nerfs.
Du coup on redescend et on remonte skier le fantastique champ de poudreuse de l'aiguille de Praina, versant sud. Entre temps, la brume s'est reformee, puis est montee jusqu'a haut, trop haut. Grrrr! 
Et dire que le Tougne etait en poudre!!!

Vers la lumiere


Du gris vers le bleu. A deux reprises on y croit fort, et puis les brumes persistantes jouent avec nos nerfs.
Pourtant nous avions fait l'effort de venir renfocer une fine equipe de savoyards. Un geste heroique!


Des plafonds aussi hauts : mais on a jamais vu ca?!? En Lauziere sur Combe Bronsin, cette satanee brume contrarie sacrement nos plans. Dommage vu les tartees de neige.


Belle ambiance en apesanteur. Grosse neige.


Quelques courbes au soleil, puis on plonge dans la bouillasse avant de retrouver la foret salvatrice et remplie. Cet hiver est decidemment marque par le ski dans les bois. Et dans la GROSSE NEIGE :o)