dimanche 11 mars 2012

Yin Yang


Hier en quasi -sympathique- troupeau.


Aujourd'hui en amoureux.
Hier des traces partout...


Aujourd'hui des traces nulle part.
En versant sud c'est l'ete...


En nord la poudre est froide.

Ah mon Beaufortain... on y croyait plus, et pourtant si! Il suffisait d'etre un tantinet original dans l'itineraire. Un versant nord du Mirantin, habilement parcouru en boucle ce qui permet un beau voyage sans depose de voiture...


Et puis il y a la "trouee de Colombe", pour nous seuls ce jour. Un half pipe geant qui plonge plein nord dans la pente. Mi mars est la bonne saison : avant c'est tres froid voire potentiellement avalancheux, apres ca chauffe trop. 


Quel malheur!
De grandes souffrances...

Portettaz, ou le sacre du printemps

Un petit tour en Vanoise pour cette belle boucle de Portettaz ou je souhaitais depuis longtemps aller faire un tour, pour l'ambiance dolomitique du sommet et les belles pentes plongeant d'un seul jet sur Pralo. Soleil, neige fraiche, plus une belle brochette de vedettes : encore une journee de fichue.


La montee au dessus de Prolognan est paisible, dans le doux soleil du matin. Et il est vrai qu'a 7 participants, ca discute a tout va.


Neige fraiche de l'avant veille et soleil. Pour un peu on se croirait seuls...
 

Merci aux traceurs du vendredi, progression parfaite. La combe de la grande Pierre est quasi vierge, epargnee par les hors pisteurs de Courchevel.



La dream team en goguette au Col de la Grande Pierre


Dans les dents! C'est un peu pour cela que nos sommes venus... une sacree ambiance au milieu de ces failles. Nous aurions prefere etre seuls, mais ce jour c'est samedi. Dans la montee on se croirait presque a Carrefour ;o) 


Heureusement on trouve une caisse prioritaire pour femme enceinte, ce qui nous permet de descendre avant la meute et dans un couloir ou seules deux traces nous precedent


Banzai! C'est parti dans la grosse popo pour 1400m de descente plein but sur Pralognan. Passes le couloir, les pentes s'ouvrent, le soleil revient, et malgre les nombreuses traces on a encore de quoi faire les notres. Pas de photo, juste de la poudre dans les narines, on est descendus trop vite. Appeles, forcement appeles par les bieres fraiches oubliees dans coffre qu'il ne nous restait plus qu'a deguster en plein soleil, heureux de notre boucle. Vive le printemps. Lucienne, j'espere que tu as recu notre energie...