mardi 19 février 2013

Les ballons d'Alsace

Quand une délégation d'alsaciens mêlés de belges débarque dans le coin, un seul mot d'ordre : s'incliner. Rendez vous calé, tous dans le camion, c'est parti.
Ce jour, nous userons plus de salive que de calories -encore que certaines useront l'un et l'autre- car nous ne nous sommes pas vus depuis lurette. Voire même depuis Cogne...

La veille, j'avais repéré ce beau vallon parallèle au notre : trois traces de montée, pas de trace de descente, grosse popo. Idéal pour réhabituer nos alsaciens de passage à nos dénivelées alpines, en mode confort vu la qualité de la neige.


 Montée tranquille, montée joyeuse.


Pas fâché d'avancer dans une belle trace déjà faite.


Pente ouest en fin de matinée : éclairage idéal :o)


Le Dhaulaghiri de Lionel est toujours là, un peu moins plâtré...


La montée est bucolique, nous prenons notre temps, l'atmosphère s'y prête.


Prendre du recul est, de manière générale, toujours utile.


Après un festin au sommet, nous revêtons notre robe de bure et quittons Porte Église. Grandes pentes, puis à nouveau, forêt d'enfer en contre pentes nord ouest.
Ombre et grosse neige garanties. Ça passe partout, et même la Belgique se prend au jeu et finit par se lacher dans ce terrain : le miracle de la poudre se produit, Seb n'en revient pas.

Super journée, même si la troupe n'était pas au complet... Merci à Seb, Aline, Catherine et Xav pour cette convivialité du tonnerre. Tout bon!


Pour ceux que la convivialité des Grandes Lanches tenterait, ça doit être plutôt bon. Pas une trace ce dimanche dans ce si beau couloir, certainement en conditions plus reposantes qu'il y a 6 ans...

lundi 18 février 2013

Challage

Cet hiver commence à être énervant. De la neige, toujours de la neige, encore de la neige.
Après de multiples virées en Chartreuse, j'avais envie de changer un peu d'air. Un petit tour en Belledonne me faisait bien envie, je n'y avais pas traîné les spatules depuis longtemps. L'objectif est clairement affiché : poudreuse. 
Et puis comme Lilouenn accepte de nous laisser, c'est à 2+1 que nous profitons. Quand on sort en couple, il y en a toujours un de plus pour tenir la chandelle, c'est bien connu ;o)


La foule des grands jours dans le hameau du départ. 
Un glôde local discute "alevins" avec nous, la poudre il ne la voit qu'à peine; pas de doute, nous sommes en Belledonne nord...


Venus chercher poudreuse et solitude, nous sommes plutôt bien servis. Un versant ouest, des clairières de nos amis bûcherons, le cocktail est détonnant. 
Tout autant que nos cuisses qui brassent comme pas permis : il est encore possible de tracer un samedi de grand beau en Belledonne, je suis rassuré.
 

La grande solitude continue, les clairières aussi, la descente promet d'être mémorable.


Un peu de neige vers 1600m. d'altitude.


 Un peu de soleil aussi. par contre, ce n'est pas la foule. Le brassage continue, nous ne sommes pas trop de 3.


Vers 2100m, nous nous arrêtons : progression lente car nous traçons depuis le bas, et puis retour "pas trop tard" pour  retrouver notre Merveille.


Le rituel est toujours le même : fermer les chaussures, les fixs et les écoutilles, et lâcher les semelles

  
Et dire qu'en face, aux 7 Laux, y'à plein de gens qui font du freeride...


Sans commentaire
 

Après les grandes pentes ouvertes du haut, nous attendent 700 mètre de forêt complètement improvisés, où cette grosse poudre nous offre une descente entre les arbres comme je n'en avais jamais fait  en Belledonne. Un terrain ludique a souhait, pentu comme il faut, empli de micros clairières un peu partout...

On en oublierait presque que d'habitude dans ce massif, le ski dans les bois s'apparente plus à de la migration de marcassins. 
Certes, Xav poussera bien quelques grouiks grouiks, mais c'est pour d'autres raisons.

Merci Cath pour cette journée ;o)