samedi 9 mars 2013

Dans les prés de Saint Jean

Nouveau camp de base, nouvelles virées. Dans un coin que je fréquente "parfois"...
Le Beaufortain après 2 semaines de beau temps et de vacances est tracé dans tous les sens. Nous profiterons des traces de montées, nousbouclerons par des descentes originales, donc vierges.

Encore et toujours des descentes dans la poudre, ça en devient monotone ;o)


 Au départ d'Arêches, tout est surtracé et surfréquenté. 
Dans ce cas, restez dans la basse vallée : à cette saison le versant nord qui s'étend du Mirantin à la Roche Pourrie est un nid à poudreuse autant qu'un nid à tranquillité.


La boucle est forcément belle, avec un beau parcours d'arête entre Combe de Savoie et Mont Blanc. 
La nord du Mirantin en ligne de mire, le ciel qui se bâche peu a peu nous contraint. La limite du front nuaheux est au dessus de nos têtes : à Grenoble c'est la mousson, à Chamonix c'est le grand beau.


 Plongeons.
Ce versant? une valeur tellement sûre...


Encore et encore : cet hiver ne nous aura pas beaucoup vu user les carres. 
Les semelles par contre chauffent sacrément.
Vivat!

jeudi 7 mars 2013

Grand ski au Grand Coin

Vive les boucles intelligentes! 
Quand les montées sont suspendues, au soleil, et que les descentes sont sauvages et bien orientées, il y a la quelques ingrédients pour une belle boucle à ski.

Le Grand Coin est une montagne heureuse : perchée dans cette Maurienne d'entre deux, ni la basse vallée  vampirisée par les centres urbains tout proches, ni la haute vallée déjà presque touristique. 
Ici, seul le chien qui jappe trouble le calme des hameaux perchés.


 Parking à Montpascal, dans l'épingle 1474. 
On remonte les pentes sud qui mènent à l'Alpettaz sur une neige du matin en béton armé, avec quelques touffes d'herbes ça et là... 
Tiens donc, le printemps pointerait il le bout du nez?


Nous montons tranquillement par la "voie normale" et la crête de Coin Lognan.


Itinéraire classique mais oh combien esthétique. 
J'avais en tête une petite incursion en face nord-est avant de rebasculer versant Maurienne, mais une solide -ou non- corniche défend les accès là où les pentes seraient skiables. Ailleurs, des rochers affleurent. 
Pas grave, le versant sud-ouest nous tend ses pentes.
Vierges, bien entendu.


Une consultation préalable du Shasha confirmait que ça passe. Et puis surtout les coups d'oeil vus d'en face, à la montée, confirment bien la chose : ça va être tout bon.


Orgie de neige froide au soleil de la première à la dernière courbe.
Vive les versants sud ouest en milieu d'hiver. La voiture en ligne de mire tout du long, dans l'épingle de la route visible en face.


 Nous prenons d'abord l'option "épaule" puis plongeons pour l'option "half pipe". 


Un peu joueurs, nous restons dans le pipe jusqu'à sa limite inférieure, à 2050m. On s'en échappe avant les verrous rocheux par une sortie en rive gauche, juste en amont d'une pyramide caractéristique.


Grande traversée à gauche dans des pentes où il vaut véritablement mieux que les conditions nivologiques soient parfaites, puis feu jusqu'en bas. A 1650m., une piste bienvenue traverse en rive droite et ramène à la voiture sans même devoir pousser. 

Il est 13h00, 30 mn. plus tard nous sommes encore au soleil mais sur la terrasse du GAEC REMY, notre fille dans les bras, notre verre bien rempli, dur dur!

mercredi 6 mars 2013

Il était grand temps

L'hiver se passerait-il sans que nous ne plantions une seule broche? 
Vu les paquets de neige tombés et les piètres conditions de glace, mon choix était vite fait. Pour autant, laisser février s'achever sans brocher aurait signé un hiver sans glace ce qui, convenons-en, n'est pas très sérieux.

Les nomics étaient dans le coffre, au cas où...
Nous nous laissons donc tenter, malgré le soleil et la chaleur des versants sud. 


On ne brillera pas par nos réalisations glaciaires cette année, d'ailleurs on a jamais vraiment brillé ;o)
L'essentiel est de participer.
Orelle pour nous tous seuls.


La glace, c'est beau, mais c'est dur.
Allez hop, il est temps de retourner à la poudre.

lundi 4 mars 2013

Changement d'essence

Après les épicéas de Belledonne, les hêtres du Vercors, les pins cembro de Chartreuse, cet hiver propice au ski en sous bois ne nous avait pas encore offert le fin du fin, le nec plus ultra, la gelée royale du ski en forêt... 
J'ai nommé les mélèzes.


Le mélèze est l'ami du charpentier, de l’ébéniste, voire aussi du skieur. Lorsqu'il est planté clairsemé, le jeu de la descente consiste à en titiller les bosquets. 
Lorsqu'il est planté serré, il a l'intelligence de toujours laisser assez de place au skieur. 
En bref, le mélèze est un chic type.


Pour trouver du mélèze proche de Grenoble sans faire trop de route, il y a la Maurienne. 
Quand en plus on y trouve la bonne neige, la solitude et puis surtout, surtout, le gîte, le couvert et la générosité, on touche alors au sublime.

Ce jour là à Grenoble c'était la centrifugeuse météo.

Ce jour là à la Chible, c'était du tout bon.