dimanche 11 janvier 2015

Vaches maigres mais savoureuses

En cette période de famine hivernale, les vaches ont beau être maigres, elles peuvent pour autant se révéler savoureuses.

L'alpage, toujours l'alpage : quand la neige est peu abondante, il faut honorer le travail des anciens qui dépierraient les prés pour y faire paître le troupeau.
Les skis sont les bovins d'aujourd'hui.


Souvent nous venons autour de la Chible.
On laisse la cohue qui s'entasse comme d'habitude à la Pointe Emy et préférons le clame de Poingt Ravier.
Pour la dernière de l'année, honorons ce que nous aimons et traçons.

 

Des "Waouf" à tout và, la prudence s'impose. 
La sud de la Chible restera vierge et nous n'en serons pas plus fâchés. 


 Nous remontons une épaule soufflée mais sûre, poursuivons le fil d'une arête et...


 ... no comment.


Nous plongeons en sud dans la combe de la queue d'âne, on se croirait en hiver.
Poudre froide au soleil, légèrement travaillée par le vent pour donner du relief aux images,
yapluqua.


C'est noel.


Que fait un skieurs aux pieds d'une pente? il remonte.
Que fait un skieur avisé aux pieds d'une pente? Il repeaute au soleil, lit la carte, et traverse.



 Il traverse encore, encore, en ascendance, pour finalement retrouver sa trace du matin et remonter au plus haut sans se fatiguer. La boucle se boucle.


Et là c'est le privilège absolu : 
c'est le moment de l'année où la lumière est sans doute la plus belle, et nous sommes là, sur cette épaule Est, avec un soleil rasant rien que pour nous et une descente dans la belle poudre qui nous attend depuis le matin.

Fantastique.

On se pose au sommet, et puis on plonge sur la voiture, 1000 m. plus bas.
Fabuleuses lumières des fins d'année, neige froide.
Champagne!!!