vendredi 17 avril 2015

10 ans et toutes nos dents

Il y a 10 ans, à quelques heures près, un skidoo nous laissait livrés à nous même au fond d'un fjord en Terre de Baffin.
Nous commencions là cette formidable aventure en des lieux tout simplement autant magiques qu'exigeants.

Magiques car certainement à un des bouts du monde.
Magique car à la clef  de merveilleux couloirs nichés ça et là, un continent pour nous tous seuls, des immensité désertiques figées par le froid, une atmosphère jamais retrouvée depuis lors.


Panorama, avec les moyens de l'époque, depuis le sommet du Broad Peak.

Exigeants car le froid change sacrément la donne, et car l'isolement en ces coins du globe n'est/n'était pas un vain mot.
Quand la vie moderne se contracte subitement en une doudoune, des skis et ce que contient une pulka, les références changent radicalement.


Emmitouflés à 'arrière d'un skidoo, pour l'ultime étape depuis la gare de Grenoble

On ne sort pas indemne de ce genre d'aventure.
Alors c'est certain, quand aujourd'hui on tape "ski Baffin" dans notre moteur de recherche préféré, le caractère aventureux de la chose prend d'un coup une sacrée gifle. 
La trace étant faite, 
le Sam Ford Fjord a dû voire passer ces 10 dernières années plus de skieurs qu'au cours des 100 ans qui précèdent, expés "commerciales" oblige. Et puis aussi des expés amateurs qui, tous les 3 ou 4 ans, "redécouvrent" ce coin.
C'est comme ça, vive internet. 
Bientôt on tweetera son selfie depuis le haut du Polar Star Couloir. La classe!

Quitte à engager du temps et de l'argent, il reste pourtant tellement de "traces" à faire dans des régions similaires...

Aujourd'hui ce ne sont pas les idées qui nous manquent, c'est certain.
On espère juste que les idées se concrétiseront un jour. Entre autres pour combler ce regret de ne pas être allé là bas avec l'oeil et le matos photo qui est le mien 10 ans plus tard.
A suivre donc...

lundi 13 avril 2015

Un POC pour mécréants

Les informaticiens amateurs d'anglicismes aiment les POC, et moi amateur de bonnes choses je les aime aussi.
Mais ce ne sont sans doute pas les mêmes.
POC : Printemps, Oisans, Content.
L'Oisans est en effet au printemps un paradis du ski, que celui-ci appartienne à la catégorie "pentes raides" comme j'ai pu le fréquenter assidûment il y a une dizaine d'années, ou à la catégorie "ski de montagne" nettement plus fréquentable ;o)

Autant le ski moquette ne m'enchante guère plus d'une fois ou deux par saisons, et encore.
Autant reste grand le plaisir d'un versant nord en poudre froide, au soleil rasant d'avril, débouchant sans transition sur une moquette de fond de vallon pour rejoindre la voiture et/ou la bière en terrasse. 


Des montagnes, des belles, des vraies, plus grosses que les préalpes.
De la fraîche tombée il y a peu, des amis qui me motivent, un matin frisquet...


L'office du tourisme de La Bérarde a même placé là quelques séracs en carton, pour que ça fasse plus vrai.


Une sortie où l'on ne bronze pas beaucoup.
Le soleil c'est pour en face. 
Dommage pour nos oreilles, tant mieux pour la neige.


Dés 2400m., la poudre est au rdv. 
D'abord timidement...


... puis nettement plus franchement.


Jusqu'à ce que l'on touche ce que nous sommes venus chercher ici :
30 cm de pulvérulente, posée ici sans vent, au froid, n'attendant que nous.


Nous voici donc au paradis, en pleine progression vers la lumière.
Communions mes frères!


La lumière est enfin atteinte! Alleluia!
Vue sur les Aupillous et le Sirac, un poil pauvres en neige!
Et puis pour une fois, c'est le sud qui est sous la mélasse.


La communion peut donc commencer.
Frère Pierre demande pardon; il récitera 10 pater noster entre ombre et lumière.


Frère Ilario se confesse lui aussi.
Nous prions tous pour le salut de son âme qui en a grand besoin.


Nous lui avions pourtant dit que c'était pécher...
Mais la tentation est trop grande.


Frère Jeff lui aussi a grand besoin d'expier.
Son âme nous semble perdue dans des délires orgiaques.


Les mécréants du jour iront même jusqu'à célébrer leurs méfaits, victuailles en main, du haut d'une moraine ensoleillée... Le mal est fait.
Amen!