lundi 5 septembre 2016

Un Rasta Metal couleur citrouille.

Il fait beau, il fait résolument beau, il fait irrésistiblement beau.
Comme j'avais mis en route une lessive au refuge d'Argentière il y a 10 jours, il fallait remonter l'étendre pour que tout ça sèche au soleil.
A moins que ce soit pour me consoler de cet été passé sans un séjour aux Dorées  (sniffff)

Après avoir terminé le travail au Pirate, pourquoi pas terminer celui commencé dans Rasta Metal?
Il y a quelques années, les gouttes nous avaient fait faire demi tour.
Allez, vendu pour cette fois.


Là où j'avais laissé les choses il y a 5 ans, le beau dièdre en 6b+ de L3. 
A noter pour L2 : un équipement pour le moins curieux oblige théoriquement à redescendre en fin de longueur, pour prendre pieds au bas du dièdre à R2; 
plutôt que de monter/descendre, je vous conseille de faire une traversée à droite (bonne protection possible au départ) sur environ 4 mètres, qui débouche aux pieds de la désescalade théorique. 
Curieux que les ouvreurs n'aient pas fait ce choix, plus logique et limitant le tirage.


Mick et les joies du Dulfer... 
La seule longueur où le rocher tire au gris.


Partout ailleurs, c'est du orange citrouille vif à souhait.


Passés deux beaux dièdres, une longueur plus tranquille amène à un beau 6c, le clou du spectacle...


... dont on ne verra rien car dérobé de l'oeil du photographe.
Tant pis, c'était très beau.


Encore quelques pétales de citrouille et c'en est terminé.


Le retour à R0 et ses bières fraîches est terrible.
Nous sommes contraints d'y passer.